29 Mar 2018
Jenin, Palestine
Aliments biologiques et agriculture

Beaucoup d’étudiants espèrent trouver un travail intéressant après l’université, mais peu d’entre eux arrivent à vivre de leur passion et devenir experts dans un domaine qu’ils ont choisi. Bâle Amarna, fondateur de H2O Farm, est l’une de ces exceptions.

Étudiant en deuxième année d’agronomie à l’Université technique de Palestine – Kadoorie, Bâle Amarna cherchait une direction pour sa carrière. En parcourant le site des publications universitaires, ResearchGate, il tombe sur l’hydroponie. C’était une nouvelle technique agricole pour lui et, à l’époque, pour la Palestine.

« J’ai trouvé cela très intéressant, alors j’ai fait beaucoup de recherche sur le sujet, j’ai lu des journaux, regardé des vidéos et recueilli des informations », dit Bâle Amarna à propos de la période qui a suivi sa découverte. Il a construit des prototypes, échoué, puis il a recommencé. Après des années d’expérimentations et d’études, Bâle Amarna a fini par s’imposer comme l’un des meilleurs experts palestiniens travaillant sur l’hydroponie, et avait déjà publié un article académique sur cette technique.

La nécessité est à l’origine de toute création :

Comme tout expert pionnier dans un domaine d’études, Bâle Amarna a dû surmonter  toutes sortes de défis lors de son périple dans le monde des affaires. Les agriculteurs palestiniens étaient sceptiques face à cette l’alternative agricole, et les investisseurs l’étaient encore plus que ces derniers. Expliquer la théorie de la culture hydroponique aux agriculteurs ne fonctionnait pas, et quand Amarna a obtenu son diplôme en 2015, il a compris qu’il devait créer sa propre ferme afin de montrer l’exemple.

« J’ai invité les agriculteurs à visiter mes exploitations et à comparer les produits de ma ferme avec les leurs. J’ai également organisé des ateliers en coopération avec les communautés et les organisations locales. J’ai fait la promotion de la culture hydroponique sur ma page Facebook et via des annonces publicitaires parrainées, et en apparaissant à la télévision et à la radio : j’ai fait tout ce qui pouvait être fait », dit-il.

La difficulté de convaincre les agriculteurs d’adopter cette nouvelle méthode a été aggravée par une autre complication : l’impossibilité de se procurer une solution nutritive utilisée dans les systèmes hydroponiques du monde entier. Il s’agit d’une solution minérale essentielle à l’hydroponie, infusant dans l’eau des nutriments nécessaires à la santé des plantes. Israël restreint l’accès aux matières premières utilisées pour créer cette solution – des produits chimiques tels que le potassium, l’ammonium et le nitrate de calcium – Bâle Amarna a alors décidé d’inventer sa propre solution nutritive.

Tout en travaillant et en menant ses recherches en agronomie parallèlement, Bâle Amarna a passé six ans à faire des mélanges, des mesures et des expériences, pour finalement créer une solution nutritive aussi efficace que celle utilisée ailleurs dans le monde – mais coûtant moins cher et utilisant des produits alternatifs disponibles. Il cherche actuellement à breveter l’innovation.

La création de cette solution nutritive est importante non seulement pour sa propre exploitation, mais pour toute la culture hydroponique en Palestine, qu’elle peut faire progresser remarquablement. « Pour promouvoir la culture hydroponique, je dois fournir aux agriculteurs tout ce qui a trait à cette technique », dit-il. « J’estime qu’il est de ma responsabilité envers la communauté, de lui offrir une solution complète ».

Une expérience avec les meilleures pratiques hydroponiques :

Bâle Amarna utilise cette solution nutritive dans sa ferme aujourd’hui. La H2O Farm est une exploitation de 340 mètres carrés qui produit 8000 plants par mois. A titre de comparaison, une exploitation de cette taille utilisant des méthodes d’arrosage conventionnelles produirait entre 500 et 1000 plantes sur la même période.

Pour Bâle Amarna, il est important d’assurer une résilience agricole en Cisjordanie. « Nous perdons la fertilité de nos sols et nous n’avons pas accès aux ressources en eau en tant que territoire occupé », explique Amarna. « Nous devons penser à une solution intégrée et durable. Je pense que cette solution peut être l’hydroponie parce qu’elle utilise 80% d’eau en moins que l’agriculture traditionnelle.

En plus de cela, les systèmes hydroponiques n’ont même pas besoin de terre pour fonctionner – une fois construits, ils peuvent être installés sur les toits des écoles, les affleurements rocheux ou n’importe quel endroit avec une surface plane. Bâle Amarna a même créé une ferme hydroponique sur le toit d’une usine chimique à Jérusalem.

A titre expérimental, H2O Farm teste différents systèmes hydroponiques. Il y a la technique du film nutritif (NFT) où une pompe à eau submersible transporte l’eau à travers une série de tuyaux empilés. Plantés directement dans les tuyaux, les semis aspirent la solution aqueuse avant que l’eau ne soit drainée et retournée dans le réservoir de pompage. Lorsque les légumes, les fruits et les herbes sont en pleine germination, le système NFT donne l’impression de traverser un couloir de murs verts.

Ensuite, il y a le  Dutch Bucket System, où l’eau est distribuée dans des seaux à l’aide d’une ligne d’irrigation et drainée dans un réservoir principal. Bâle Amarna expérimente même des systèmes hydroponiques non cycliques pour voir ce qui fonctionne. À terme, il espère mettre au point une nouvelle technique hydroponique qui intègre les meilleures caractéristiques de chaque système.

Bâle Amarna est également à la recherche d’investissements pour faire passer la taille de la H2O Farm à 1000 mètres carrés. « L’une des difficultés que l’on rencontre avec l’hydroponie est que le coût initial est très élevé », dit-il. Il avait lui-même reçu une subvention de The Palestinian Agricultural Relief Community pour lancer ses opérations.

Développer la culture hydroponique en Cisjordanie :

Au lieu de percevoir la création d’autres entreprises hydroponiques comme de la concurrence, Bâle Amarna considère la scène hydroponique croissante de la Palestine comme un succès et non une menace. En plus de vendre ses récoltes, il compte sur diverses activités de conseil et de formation pour sensibiliser les gens et recueillir des fonds pour la H2O Farm.

Depuis 2015, il a aidé à établir plus de 10 fermes à travers la Cisjordanie, y compris une grande exploitation qui produit des fleurs coupées. La solution nutritive Made-in-Palestine de Bâle Amarna n’est qu’une partie de son offre. La H2O Farm fournit également les instruments, les matières premières, les semis, les travaux de conception et l’expertise nécessaires à l’établissement d’une ferme hydroponique. Pour assurer cette mission, la H2O compte maintenant trois autres employés.

Bâle Amarna apporte également son expertise à tous ceux qui en ont besoin. Collaborant avec son ancienne université et d’autres institutions, il a créé un programme de formation pour partager son expérience en hydroponie. Offrant une formation à des élèves âgés de 10 à 14 ans, il s’assure que d’autres jeunes Palestiniens découvrent l’hydroponie, comme il a lui-même pu le faire pendant ses études. « On peut convaincre aisément les enfants de cet âge de recourir à des solutions plus durables et de penser à l’environnement », explique-t-il à propos de ces ateliers.

Le statut de Bâle Amarna en tant qu’expert en hydroponie sera confirmé au niveau mondial en avril, lorsqu’il sera le seul Palestinien à participer au Future Agro Challenge à Istanbul, en Turquie. Là-bas, il aura l’occasion de présenter ce qu’il a accompli avec la H2O Farm et de rivaliser avec 50 autres personnes pour devenir l’agro-entrepreneur le plus reconnu au monde.

Proposant des activités de sensibilisation et affichant un exemple de réussite commerciale à grande échelle, Bâle Amarna est peut-être le fondateur de la première opération hydroponique commerciale en Palestine, mais celle-ci ne sera certainement pas la dernière.

 

 

Pour en savoir plus sur la H2O Farm visitez sa page Facebook.

Photos : avec la permission de Basel Amarna.

Hilary est journaliste, photographe et créatrice. Elle adore travailler avec les entrepreneurs pour partager leurs histoires et elle le fait partout dans le monde.Hilary Duff
Un agro-entrepreneur palestinien utilise l’hydroponie pour une meilleure résilience agricole en Cisjordanie | The Switchers
Traduction : Lilia Bacha
H2O Farm Aliments biologiques & Agriculture
Nous suivre: