31 Déc 2017
Alexandrie, Égypte
Énergies renouvelables et efficacité énergétique

Un proverbe dit : « Il faut tout un village pour élever un enfant ». L’Organisation des chercheurs scientifiques (SRO) prouve que lorsque la même approche collaborative est appliquée à la communauté scientifique, elle a le pouvoir de dénicher des stratégies novatrices pour relever les défis environnementaux.

Plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre dans le monde sont causées par une exploitation inefficace et non durable de l’énergie. Il est impératif de se tourner vers des solutions énergétiques propres et abordables pour lutter contre le changement climatique. L’Organisation égyptienne des chercheurs scientifiques travaille activement à mobiliser les scientifiques, chercheurs, consultants et professionnels pour unir leurs forces et leurs connaissances en vue de trouver des solutions à ce problème urgent et de les mettre en œuvre.

Une affaire de famille :

Pour certaines personnes, il faut toute une vie pour trouver sa vraie passion ou vocation. Pour d’autres, c’est une certitude dès le départ. C’est le cas du Dr. Dalia Yacout, conseillère en gestion de l’énergie et cofondatrice de l’OAR.

« Mes parents sont tous deux chercheurs à l’Université d’Alexandrie », explique Dalia. « Lorsque j’étais encore enfant, ils m’ont emmenée travailler avec eux dans les labos ». L’engagement de Dalia ne lui a pas été imposé ; ses parents n’ont fait que partager certains aspects de leur profession avec elle et l’encourager à suivre ses centres d’intérêt. « Ils m’ont offert mon propre laboratoire quand j’avais sept ou huit ans, pour que je puisse faire des expériences à la maison », se souvient-elle.

Aujourd’hui devenue adulte, c’est tout naturellement que Dalia a choisi de travailler avec son père, le Dr. Mohamed Yacout – qui est aussi le fondateur de la SRO – dans le but de trouver des solutions scientifiques. « Lorsque nous avons pris en considération ses 40 ans d’expérience en génie génétique et en biotechnologie et mes 10 ans d’expérience en études environnementales et en conseil, nous avons réalisé que nous pouvions œuvrer ensemble et créer une organisation professionnelle destinée à résoudre certains problèmes grâce à la science » dit-elle.

La clé est dans la collaboration :

Le monde de la science et de la recherche peut se montrer très compétitif. Mais Mohamed et Dalia pensent que la collaboration est la clé si l’on veut imaginer des solutions aux problèmes planétaires. « Nous encourageons et facilitons la coopération internationale entre les chercheurs, les universités, les entreprises privées et les industries », dit Dalia. «  La SRO a été constituée plus tôt cette année, mais nous avons déjà 16 personnes provenant de 12 universités et de sept pays au sein de notre comité scientifique ».

Par le biais de conférences et d’ateliers, les membres de la SRO invitent d’autres personnes qui partagent leur vision à se joindre à eux dans leur recherche active de réponses applicables.

« Notre priorité pour l’instant porte sur l’énergie verte et la  biotechnologie environnementale », confie Dalia. « Nous cherchons un moyen de rendre l’énergie verte accessible et abordable pour tous ».

 

Selon les Nations Unies, une personne sur cinq sur la planète n’a pas accès à l’électricité et trois milliards de personnes dans le monde utilisent encore du charbon, du bois, du charbon de bois et des déjections animales pour faire la cuisine et se chauffer. L’objectif de la SRO n’est donc pas une mince affaire.

« Le plus grand défi est de trouver la technologie appropriée. En Égypte, nous avons beaucoup de technologies, mais c’est inabordable », explique Dalia. « Il existe de nombreuses sources d’énergie verte, mais elles sont surtout au stade de la recherche et de l’expérimentation et ne peuvent pas être appliquées facilement pour tout le monde. L’énergie solaire en est un exemple, mais c’est très coûteux. Nous avons besoin d’options plus abordables pour tout le monde.

Mohammad Azraq, consultant en génie électrique, rejoint Dalia dans ses préoccupations. « Bien que le prix des systèmes solaires ait baissé au cours des cinq dernières années, ces derniers restent inaccessibles pour la grande majorité des citoyens égyptiens et de la région du MO », explique-t-il. « L’attribution d’espace et la planification urbaine sont quelques-uns des obstacles à l’expansion des systèmes d’énergie renouvelable dans les foyers. Au Moyen-Orient, les toits sont généralement bondés de réservoirs d’eau. Ces réservoirs occupent l’espace qui aurait pu être utilisé pour l’installation de panneaux solaires. De plus, les toits inclinés ne sont pas courants dans la région, de sorte que des structures de montage pour les systèmes solaires photovoltaïques (PV) sont nécessaires – ce qui augmente le coût».

Le comité scientifique de la SRO a déjà commencé à travailler sur plusieurs projets d’énergie verte.

« L’une des choses les plus passionnantes sur laquelle nous travaillons actuellement est le développement d’une application logicielle éco-industrielle pour la gestion de l’énergie dans les installations industrielles », dit Dalia. Là, elle est en terrain connu. Lorsqu’elle préparait son doctorat, elle avait mené des recherches liées à la gestion de l’énergie et à l’évaluation de l’impact environnemental dans une usine textile en Égypte. « J’avais étudié les moyens de réduire l’impact négatif sur l’environnement », explique-t-elle.

Aujourd’hui, la SRO collabore avec des experts de l’Alexandria Petroleum Company dans le but de créer des solutions d’énergie verte. « Cette application logicielle aidera les industriels à réduire leur consommation d’énergie et les coûts connexes. Elle permet de garder une ressource de combustible fossile qui est de moins en moins abondante tout en réduisant les émissions de CO2 ».

Le projet vise également un impact économique positif. « L’utilisation de l’application et l’extension à d’autres industries peuvent créer de nouveaux emplois dans les domaines du développement de logiciels et de la gestion de l’énergie », ajoute Dalia.

Responsabilité et accessibilité :

L’éducation est également une priorité pour la SRO. « Parmi les projets auxquels nous participons, il y a le projet Fostering Academic Curricula in Egypt (FACE) », dit-elle. Cette initiative a pour but de créer un programme scolaire sensibilisant les doctorants, les boursiers postdoctoraux, les chercheurs et les ingénieurs égyptiens à une ‘déontologie scientifique responsable’. Fidèle à la mission de la SRO, ce projet est hautement collaboratif, impliquant le centre Sustainable Production & Adaptation to Climate Change Effects (SPACE), la faculté  d’Agriculture de l’Université de Damanhour, et le financement des Académies Nationales des Sciences des États-Unis.

Ceci n’est que le début pour la SRO. « Nous travaillons également à l’inscription de la SRO au centre de modernisation industrielle (IMC) en Égypte en tant qu’organisation d’experts dans l’énergie verte et dans une production plus propre, de sorte que nous puissions partager notre expertise avec différentes installations industrielles », dit Dalia. « Nous évaluons sans cesse de nouveaux projets potentiels de collaboration, et nous sommes ouverts à toute proposition venant de scientifiques, chercheurs, sociétés ou autres qui partagent notre vision et nos valeurs ».

L’accent mis par la SRO sur la coopération, l’éducation et l’accès à l’énergie verte a fait ses preuves et nous autorise à espérer des impacts potentiels positifs si nous nous travaillons ensemble à améliorer les conditions de vie des gens et de la planète.

« Mon rêve est de continuer à nous développer en tant qu’organisation collaborative et, à terme, fournir une technologie que n’importe qui pourrait s’offrir ».

Pour en savoir plus sur la Scientific Researchers Organization, visitez son site Web, sa Page Facebook, ou trouverz-la sur International Conference on Biotechnology and Environment qui a lieu à Alexandrie en Égypte du 28 au 30 mars 2018.

En plus d'être narratrice pour The Switchers, Sunny est une Lonely Planet Local, une écrivaine indépendante et la fondatrice de FROLIQ.Sunny Fitzgerald
L’approche collaborative d’une organisation égyptienne pour lutter contre le changement climatique | The Switchers
Traduction : Lilia Bacha
SRO Énergie renouvelable & Efficacité énergétique
Nous suivre: