19 Juin 2020
Bethlehem, Palestine
Tourisme durable

Fadi Kattan cultive son idée depuis très longtemps, surtout depuis qu’il a décidé d’étudier la gestion hôtelière il y a plus de 20 ans. « L’idée combine mon amour pour Bethléem, l’industrie hôtelière, la cuisine, les produits locaux, et le fait de redonner à la communauté locale », explique Fadi Kattan.

Son idée a donné naissance à une entreprise qu’il a appelée Hosh Al-Syrian Guesthouse and Fawda Restaurant, dont il est non seulement le propriétaire mais aussi le chef.

La clientèle de Hosh Al-Syrian comprend des locaux, des expatriés vivant en Palestine et des voyageurs et touristes internationaux.

« Nous opérons dans un bâtiment historique datant de 1739 au cœur de Bethléem, en Palestine, juste à côté de Star Street, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO », note fièrement Kattan.

Il ajoute que la rénovation du bâtiment a été réalisée par la municipalité de Bethléem avec l’aide du programme de soutien aux municipalités palestiniennes du gouvernement italien. « Nous gérons le projet comme une entreprise et nous sommes autosuffisants grâce à la location des salles et à la vente du restaurant, ainsi qu’à un investissement de ma part dans le capital opérationnel », remarque M. Kattan.

En plus de leurs activités d’accueil, Kattan et son équipe travaillent également à trois niveaux pour diffuser l’idée qui est « local, local, local ! Les produits locaux, le patrimoine local et l’engagement de la communauté locale », souligne-t-il.

« Le premier niveau est celui des artisans et des agriculteurs qui nous fournissent leurs produits. Nous parlons et partageons l’importance de l’approvisionnement en produits locaux et l’importance de travailler avec les agriculteurs », ajoute M. Kattan.

Le deuxième niveau est celui de l’équipe. Ils sont tous locaux et Hosh Al-Syrian s’assure d’embaucher une majorité de jeunes femmes, souvent celles qui n’ont pas eu la chance de terminer leurs études et, récemment, ils ont embauché un membre de l’équipe à temps partiel, handicapé.

« Le troisième niveau est celui de la sensibilisation par le biais de nos invités et des relations institutionnelles. Nous utilisons le modèle pour encourager les autorités locales à le reproduire, à partager l’expérience avec nos invités sur l’importance d’aller au niveau local, local, local », dit Kattan.

Selon Kattan, le tourisme est un outil de développement parfait pour combiner la promotion de la narration et de la gastronomie palestiniennes avec l’impact réel sur la communauté locale.

« Que ce soit en rendant leur dignité aux agriculteurs, aux producteurs ou aux artisans, en sensibilisant les gens ou en offrant des emplois axés sur le patrimoine, le tourisme peut aider à répartir les bénéfices financiers et développementaux entre une grande partie de la communauté locale », ajoute-t-il.

Suivez Hosh Al-Syrian sur Facebook ou sur leur site web.

Hosh Al-Syrian Tourisme durable
Nous suivre: