10 Nov 2020
Beyrouth, Liban
Efficacité des ressources et gestion durable des déchets

En 2015, la crise des ordures ménagères s’est aggravée au Liban. Georges Bitar a participé activement à cette époque, en essayant avec d’autres de collecter et de trier les ordures. Un problème se posait : le manque de véhicules pour transférer les tas d’ordures. C’est alors qu’il a fait appel à Uber pour obtenir de l’aide.

Au bout de deux semaines, Uber a retiré son soutien. « Cela ne nous a pas arrêtés. En deux ans, nous avons réussi à acheter 55 motos pour ramasser les ordures dans toute la ville et nous avons eu 36 réfugiés qui travaillaient avec nous, dont vingt faisaient de la nourriture pour d’autres personnes », ajoute Bitar.

Avec Live Love Lebanon, une association dont Bitar faisait partie, il a reçu un soutien. « A partir de ce moment, j’ai commencé Live Love Recycle tout seul et je l’ai financé moi-même », dit Bitar.

Live Love Recycle a fait beaucoup de chemin depuis ses débuts. « Nous avons commencé à collecter des produits recyclables il y a neuf mois. Nous sommes un service de collecte, nous passons par les maisons et envoyons les déchets aux usines de recyclage », note Bitar.

En deux semaines, Bitar a gagné 300 utilisateurs de son application mobile. L’application permet aux habitants de Beyrouth de commander deux ramassages d’ordures par mois sans frais supplémentaires, en ajoutant que les ramassages passent avec des sacs de collecte électriques à l’heure fixée.

« Nous avons maintenant 3 500 utilisateurs dans la ville de Beyrouth et notre prochaine étape est de nous étendre au-delà de la capitale », explique Bitar. « Jusqu’a maintenant, nous ne collectons que deux sacs par ramassage, mais plus tard, nous aimerions en collecter six, chacun contenant 1,7 kg ».

C’est la façon dont Bitar fait prendre conscience aux gens de leurs habitudes concernant les déchets pour, à terme, réduire la quantité d’ordures. Les municipalités elles-mêmes encouragent Live Love Recycle à aller au-delà de Beyrouth, mais Bitar voudrait d’abord s’assurer de diffuser sa vision dans tout Beyrouth.

Afin de toucher un public plus large à Beyrouth, Bitar participe à presque tous les événements qui se déroulent dans la ville. « Nous avons également mené une vaste campagne médiatique et avons fait l’objet d’articles dans les grands journaux du monde entier », explique Bitar.

Les médias sociaux et les campagnes de médias sociaux ont également été utiles et plus durables que l’affichage de prospectus.

Suivez Live Love Recycle sur Facebook ou sur le site web.

Live Love Recycle Efficacité des ressources et gestion durable des déchets