09 Nov 2020
Qena, Égypte
Efficacité des ressources et gestion durable des déchets

En tant que pays agricole, l’Égypte ne semble pas exploiter tout son potentiel en matière de réutilisation et de recyclage des déchets agricoles, y compris le fumier animal. Et bien que près de la moitié des déchets soient utilisés, soit comme engrais, soit comme aliments pour animaux, le reste demeure un danger pour la santé en raison de la combustion. Ensan Aid a repris une idée ancienne et en a fait un mouvement de fond : la bioconversion du fumier animal, en particulier, en un programme de production d’énergie.

Ensan Aid est une organisation à but non lucratif visant à aider les communautés défavorisées en Égypte et en Afrique de l’Ouest. Fondée par l’expert en développement international Mahmoud Elsaman, c’est une entité fonctionnelle depuis 2014 qui met largement l’accent sur le développement durable tout en offrant un soutien aux femmes de tout âges. Rehab Elmasry, directrice générale d’Ensan Aid, croit fermement en l’une des nombreuses initiatives de l’organisation, à savoir la production de biogaz à partir de fumier animal pour un développement rural durable.

« Idéalement et durablement, nous aidons les zones rurales à résoudre leurs problèmes et l’un d’entre eux se démarque : l’élimination du fumier. Sans un traitement approprié des déchets, il y a plus de chances d’attirer les insectes et de propager les maladies », explique Mme Elmasry. « Cela, ainsi que la flambée des prix du gaz (bouteilles de propane), nous a incités à relier ces deux questions urgentes pour travailler sur un plan de construction d’unités de biogaz transformant le fumier en biogaz par conversion anaérobique », ajoute-t-elle.

Entre l’aide aux agriculteurs et aux ménages, Elmasry a opté pour une meilleure connaissance du sujet, sauf qu’elle se heurtait à un obstacle bien connu : le manque de sensibilisation au biogaz et l’installation d’unités à domicile. « Les gens avaient peur que les unités ne présentent un certain danger, comme de prendre feu, ce qui nous a incités à sensibiliser les gens aux avantages du recyclage des matières organiques et inorganiques dans leur foyer et à la création de leur propre entreprise », note Mme Elmasry. Elle explique en outre que ces connaissances peuvent être acquises dans le cadre de séminaires organisés par le ministère de l’environnement.

Ensan Aid a ensuite mené une campagne pour la mise en place d’unités de biogaz en formant les jeunes sur la façon de mettre en place ces unités dans le gouvernorat de Qena, en Haute Égypte. « En parallèle, nous avons réussi à entrer en contact avec un certain nombre d’entreprises dans ce domaine dans les villes voisines et même au Caire », dit Elmasry.

Elle décrit le processus en disant que le fumier est stocké dans des unités souterraines où une réaction anaérobique a lieu, produisant de l’énergie qui sera utilisée sous forme de gaz et d’engrais organique.

Afin de déployer ces connaissances et cette expertise appliquée, les personnes intéressées par la mise en place de ces unités sont généralement encouragées à contribuer aux coûts. « Nous avons installé quatre unités de biogaz jusqu’à présent, et nous travaillons sur l’unité numéro cinq dans le village de Tramsa à Qena », dit Elmasry.

Depuis sa création, Ensan Aid a opéré dans des pays d’Afrique de l’Ouest où l’intérêt pour ce processus se fait sentir, comme au Burkina Faso.

Mais en plus de cela, l’association à but non lucratif est investie dans d’autres activités environnementales impliquant les jeunes, comme le recyclage de vieux vêtements et la fabrication de kleems (un certain type de tapis tissés à la main.) La fondatrice Elsaman a lancé un programme de développement international appelé Sharek (participer, en arabe), qui a eu lieu en Jordanie et au Liban. L’initiative visait à planter des arbres et dont les revenus seraient ensuite alloués aux opérations cardiaques des enfants.

« Soixante-dix pour cent des personnes que nous employons sont des femmes. Nous commençons par des ateliers sur l’environnement et sur la manière d’utiliser efficacement les ressources et de créer leurs propres petites entreprises », ajoute Elmasry.

Pour en savoir plus sur Ensan Aid, consultez son site web ou sa page Facebook.

Photos : Avec l’aimable autorisation d’Ensan Aid.

Ensan Aid Efficacité des ressources et gestion durable des déchets
Nous suivre: