22 Oct 2018
Jerash, Jordanie
Aliments biologiques et agriculture

L’European Journal of Business and Management a publié des données inférées selon lesquelles si environ 5 % des terres utilisées pour l’agriculture en Jordanie étaient destinées à l’agriculture biologique, cela créerait 111 millions de JOD (156 millions de dollars) et 1700 emplois. Sauf qu’il est peu probable qu’une telle chose se produise en raison de l’absence d’un organisme officiel chargé de le superviser et d’en assurer le suivi. C’est cela que Zeid Koudsi a décidé de faire lui-même.

Au cours des 40 dernières années, la famille Koudsi a réussi à construire sa propre ferme de taille moyenne dans la ville de Jerash, au nord d’Amman. Au départ, il s’agissait d’expérimenter la culture de différentes espèces d’arbres érigés à côté d’un écolodge familial qui sert maintenant d’Airbnb pour l’écotourisme. Zeid Koudsi est le fondateur de la ferme écologique Dibeen, il y travaille également comme agriculteur. Il raconte : « C’était un passe-temps, mais les affaires ont fini par me pousser à m’y mettre sérieusement : de l’agritourisme et de l’écotourisme à toutes sortes de pratiques agricoles comme la permaculture ».

En 2013, l’activité principale de l’entreprise Airbnb s’est concrétisée par l’élevage de poulets en plein air, la culture de fruits et légumes de saison et la production d’huile d’olive. « Nous avons un autre programme à la ferme où nous invitons des bénévoles du monde entier à venir travailler à la ferme, et nous fournissons l’hébergement et la nourriture », ajoute Zeid. Même les hôtes qui séjournent dans les gîtes Airbnb peuvent participer aux activités de la ferme, comme garder les bêtes, colleter des œufs ou arroser les arbres. Cette initiative s’inscrit dans le cadre du plan de Zeid visant à sensibiliser le public à l’agriculture biologique.

 

Mais le principal moteur de Dibeen est ce plan à long terme d’être plus qu’une simple ferme ou un producteur. « Nous aimerions être l’Uber des fermes, ce qui signifie beaucoup de marketing et de préparation pour générer plus de revenus. Tout à l’heure, j’ai formé un partenariat avec mon voisin où il élève des poules et où je lui achète les œufs », dit Zeid.

En 2016, la demande d’huile d’olive, d’œufs de poules élevées en plein air et de cultures biologiques fraîches a connu une forte hausse, ce qui a incité l’exploitation à produire davantage. « Nous avons commencé à recevoir lentement des demandes de la part des clients d’Airbnb et de la famille élargie à qui nous avons commencé à livrer des œufs, du poulet et de l’huile d’olive. Nous avons également été approchés par un commerce à Amman, mais nous avons expliqué que nous le faisions principalement pour sensibiliser les gens. Nous n’opérons donc plus que semi-directement par le biais de services de livraison », ajoute Zeid. Beaucoup de gens aimeraient aussi avoir leur propre ferme, mais ne trouvent pas le capital pour les exploiter ou n’en ont pas la capacité, alors maintenant Zeid partage la culture biologique.

Il a récemment déployé ses efforts pour mettre en œuvre la technologie dans le processus de devenir l’Uber des fermes. « Grâce à notre collaboration avec 10 fermes, nous réussissons à obtenir des œufs et du miel en libre parcours grâce à Facebook et à Talabat.com, et nous serons bientôt en mesure de vendre du miel de forêt de montagne et du thym », dit Zeid.

Zeid a appliqué le modèle d’affaires à d’autres fermes avoisinantes en apportant des entreprises lucratives à toutes les parties concernées. « Ils obtiennent la marchandise des fermes et je m’inquiète de la distribution et du marché des produits de haute qualité », ajoute Zeid. « Quand j’étais à Dubaï, j’ai vu que le marché était saturé de produits commerciaux, contrairement aux nôtres que nous traitons comme un iPhone Apple de haute qualité. Dubaï est l’une des villes que nous ciblerons pour nous développer ».

De tels élans nécessitent un financement important, dont Zeid s’occupe en grande partie. Avec son équipe de six personnes, l’entrepreneur jordanien veut conquérir le marché, il travaillera avec 20 fermes d’ici 2020.

 

Pour en savoir plus sur Dibeen Eco Farm, consultez sa page Facebook.

Photos : Avec la permission de Dibeen Eco Farm.

Eman rédactrice et journaliste spécialisée dans la finance et dans les startups orientées écosystème.Eman El-Sherbiny
Comment un entrepreneur transforme son entreprise en Uber pour fermes | The Switchers
Traduction : Lilia Bacha
Dibeen Eco Farm Aliments biologiques & Agriculture
Nous suivre: