21 Mai 2018
Haïfa, Israël
Énergies renouvelables et efficacité énergétique

Pendant l’été caniculaire en Israël et dans d’autres régions du Moyen Orient, la température grimpe à une moyenne de 27 à 32 degrés. Les habitants des villes parcourent les rues arides où les rayons du soleil sont renvoyés par le béton et reflétés par les voitures. Deux ingénieurs et inventeurs veulent changer les choses en étendant une fine toile entre les bâtiments pour projeter de l’ombre dans les rues situées en dessous des ces derniers. Leur invention a une autre fonction : elle crée de l’électricité et de l’eau chaude, une solution deux-en-un qui aidera à rendre les villes plus vertes.

Créez votre propre microclimat tout en produisant de l’énergie renouvelable | The Switchers

Imaginez-vous vous promenant dans les rues par un jour de grande chaleur, protégé du soleil par un microclimat obtenu grâce à de fines feuilles en plastique tendu entre les bâtiments.

Cela fonctionne en concentrant les rayons du soleil par le moyen d’une lentille de Fresnel ; ce système est habituellement utilisé dans les phares, sur un tuyau recouvert de cellules photovoltaïques ou de petits panneaux solaires.

« Grâce à notre technologie, on peut réduire le nombre de cellules photovoltaïques nécessaires par un facteur de 10 », dit Mike Sassoon, ingénieur-conseil cofondateur de Living Solar avec Yakir Tadmor. « Ceci réduit le coût de l’ensemble de l’opération, puisque le plus gros de ce coût [réside dans] les cellules photovoltaïques ».

Cette solution apporte une alternative à l’agencement habituel des panneaux solaires en Israël, où ces derniers sont reliés à une ferme de cellules photovoltaïques située dans le désert. Living Solar espère rapprocher le processus de l’énergie solaire des habitations, et ce dans son intégralité.

« L’idée est que lorsque l’électricité et l’eau chaude sont produites non loin de l’endroit où elles sont consommées, et que cela crée de l’ombre en plus, l’ensemble devient plus attractif que l’approche conventionnelle, et cela convient en plus à la région du Moyen Orient avec ses constructions denses », dit Yakir Tadmor.

La toile légère serait assez large pour recouvrir le toit d’un immeuble entier haut de trois ou quatre étages, soit de 40 mètres de long sur 20 mètres de large, qui s’étendrait ensuite au-dessus de la rue. La lumière du jour la traverserait sous la forme d’une grande longueur d’onde, c’est-à-dire qu’elle serait diffuse et agréable pour les yeux.

La naissance de Living Solar :

Yakir Tadmor et Mike Sassoon se sont rencontrés dans une école d’ingénieurs à Karmiel, dans le nord d’Israël, où Yakir étudiait le génie mécanique depuis quelques années. À l’occasion de son stage, il a travaillé avec Mike Sassoon, qui était consultant en énergie depuis plus de 30 ans.

« Je n’aurais jamais imaginé que j’allais devenir un entrepreneur », dit Yakir Tadmor. « Mais j’ai grandi à Haïfa en Israël, qui est considérée comme une ‘ville verte’. Il y avait beaucoup d’arbres et de verdure partout, et pas mal de technologies vertes. J’ai grandi entouré de tout ça alors c’était tout naturel pour moi de m’intéresser à la préservation de la planète ».

Living Solar en est encore à ses premiers pas ; les deux cofondateurs travaillent sur un prototype qui leur servira à obtenir des fonds.

« Nous élaborons une démonstration de faisabilité pour estimer la quantité d’électricité et d’eau que l’on peut obtenir », explique Mike Sassoon. « Nous voulons également fournir des informations sur le coût. Une fois que nous aurons développé un prototype, nous passerons à un projet pilote ».

Le projet pilote consistera à créer un petit échantillon de ce tissu, de 5 mètres sur 5 ou 10 mètres sur 10, pour tester le concept.

« Une fois arrivés à ce stade, nous serons en mesure de nous agrandir sur le plan commercial », dit  Mike Sassoon. « Nous serons une alternative aux sociétés qui construisent d’énormes fermes solaires dans le désert. Ce type d’infrastructure est très coûteux et requière beaucoup de terrain. Au lieu de cela, nous utiliserions les surfaces qui sont déjà là, dans les rues, sur les toits. Et ce sera comme s’asseoir sous un arbre ».

Créez votre propre microclimat tout en produisant de l’énergie renouvelable | The Switchers

Les avantages de Living Solar en matière d’environnement  :

Il faut cinq bouteilles de Coca-cola en plastique pour fabriquer un mètre carré de tissu en plastique, ce qui signifie que Living Solar a besoin de beaucoup de bouteilles pour réaliser ce projet de rêve. Actuellement, seulement 20% des déchets ménagers sont recyclés.

« Le plus gros des ordures en Israël finit dans les décharges » dit Yakir Tadmor. « Alors, la création d’un système de stockage pour y récupérer le plastique aurait un impact considérable sur la pollution du sol ».

Aujourd’hui en Israël, des bacs de collecte ont été placés aux coins des rues. Le pays a redoublé d’efforts pour convaincre un plus grand nombre de personnes d’opter pour le recyclage. De 2015 à 2016, Jérusalem a connu une augmentation de 10% de la quantité des matériaux recyclés.

Nehama Ronen, présidente d’ELA Recycling, la société Beverage Containers Collective Corporation, a déclaré au Jerusalem Post que tout cela commence avec l’éducation. « Nous laissons les jeunes enfants apporter leurs bouteilles et leurs canettes à l’école, et nous les collectons et leur donnons l’argent de la caution. Les enfants sont maintenant en mesure de sensibiliser leurs parents et rapporter leurs affaires à la maison dans des paniers. Selon certaines études, il semble que dans les foyers où les enfants sont éduqués au recyclage à l’école, les parents se sentent aussi plus concernés par le recyclage ».

C’est ainsi que Living Solar compte acheter du plastique à des entreprises comme l’ELA Recycling qui installent ces bacs de collecte et qui les gèrent.

Living Solar pour l’avenir :

Pour l’instant, Yakir Tadmor et Mike Sassoon gardent espoir pour voir leur concept se concrétiser. Un jour, ils pourront louer leur équipement ou vendre l’électricité qu’ils recueilleront.

L’initiative a récemment été choisie parmi les six lauréats de la subvention du SwitchersFund d’une valeur de 15 000 €. Ce prix, qui consiste en un partenariat entre l’Organization for Security, la coopération en Europe (OSCE) et The SwitchersFund, célèbre l’entreprenariat vert et social autour de la région méditerranéenne.

« Comme nous sommes tous les deux ingénieurs, nous avons une bonne connaissance de ce qui est faisable », dit Sassoon. « Je pense que d’ici un an, nous aurons une démonstration de faisabilité. Celle-ci suffira, espérons-le, à convaincre les bailleurs de fonds potentiels. Les gens ne mettent pas d’argent dans l’énergie verte avant de la voir à l’œuvre ».

 

 

Photos : Avec la permission de Living Solar.

Kristin Hanes est une journaliste passionnée par l'environnement, la durabilité et la science. Elle adore raconter les histoires des gens qui font une réelle différence dans le monde.Kristin Hanes
Créez votre propre microclimat tout en produisant de l’énergie renouvelable | The Switchers
Traduction : Lilia Bacha
Living Solar Énergie renouvelable & Efficacité énergétique
Nous suivre: