21 Août 2019
Beyrouth, Liban
Efficacité des ressources et gestion durable des déchets

« J’upcyclais avant même de savoir ce que ça voulait dire », explique Charbel Malkoun, le cerveau de Collect to Create, un projet de mobilier moderne basé à Beyrouth. Malkoun se souvient de ses premiers pas inconscients vers l’upcyclage quand, jeune garçon, il transformait des pots de labneh (yaourt) vides en abat-jour. « L’upcyclage est notre mode de vie, pour ma famille et pour le peuple libanais en général. »

Aujourd’hui adulte, Malkoun reste fasciné par le fait de donner une seconde vie à des objets jetés à la poubelle. Il ramasse toutes sortes d’objets cassés – machines à écrire, centrifugeuses, pipes à narguilé – et les rend utiles une fois de plus. Malkoun affirme que l’upcyclage est plus bénéfique pour l’environnement que le recyclage, étant donné que le procédé consomme moins d’énergie. Mais pour Collect to Create, le défi est de convaincre davantage les Libanais que les produits recyclés sont un investissement rentable.

Malkoun a fondé Collect to Create en 2014, lorsqu’il a décidé de faire de son obsession de l’upcycling une profession. Il reçut rapidement beaucoup d’encouragements de la part de ses amis et connaissances, qui commencèrent à donner de la camelote à Malkoun pour qu’il leur donne une nouvelle utilité

« Quand j’ai fini de transformer les objets, ce que je préfère c’est de voir les réactions de ces gens – quand ils sont prêts à acheter à nouveau leurs propres objets, » dit Malkoun.

Lorsqu’on observe certaines des innovations les plus étranges de Malkoun, il est facile de comprendre pourquoi ses clients sont stupéfaits. Malkoun a transformé une télévision ancienne en une boîte à chat confortable, un presse-agrumes manuel en une lampe élégante et un narguilé en lambeaux en un luminaire accrocheur.

« Comme l’upcyclage est ma mission, chaque fois que je vois un objet cassé, je le transforme en quelque chose d’utile à nouveau « , dit Malkoun. Mais ratisser aussi large présente ses propres obstacles pour Collect to Create. La maison de Malkoun a atteint sa pleine capacité, débordant d’objets qui attendent patiemment leur glorieuse réincarnation.

Malkoun aimerait régler ce problème en louant son propre magasin, où il pourrait entreposer ses effets personnels. Collect to Create aura besoin de plus de fonds, mais Malkoun reconnaît que ces choses prennent du temps.

L’entreprise est confrontée au défi plus profond de changer les attitudes des Libanais à l’égard de l’upcyclage. Malgré la perception de Malkoun selon laquelle les familles libanaises font de l’upcyclage sans même y penser, cette tendance ne s’est pas traduite dans la clientèle de Collect to Create. Actuellement, Malkoun vend ses produits principalement aux Européens vivant à Beyrouth.

« L’upcycling n’est pas encore très apprécié au Liban « , reconnaît Malkoun. « L’un des principaux défis de Collect to Create est la mentalité libanaise, mais elle est en train de changer graduellement de nos jours – pour le mieux. »

Il faut espérer que cette tendance se poursuive encore longtemps, car Malkoun a de plus grandes ambitions que de simplement élargir sa base de clients. « Mon rêve, c’est d’inventer un passe-temps pour tout le monde », a-t-il déclaré.

Cet objectif pourrait faire frissonner les parents à travers tout le Liban, se préparant pour des maisons inondées d’objets d’occasion récupérés par de jeunes upcyclistes enthousiastes. Mais si certains suivent les traces artistiques de Malkoun, le produit final en vaudra la peine.

 

En savoir plus sur Collect to Create via Facebook.

Les photos sont la propriété  de Collect to Create

Depuis qu'il a terminé sa maîtrise en études du Moyen-Orient il y a deux ans, David travaille comme journaliste indépendant au Caire et à Beyrouth.David Wood
Collect to Create Efficacité des ressources et gestion durable des déchets
Nous suivre: