24 Avr 2020
Barcelona, Espagne
Produits de nettoyage et cosmétiques biologiques

Les tortues ont longtemps captivé l’imagination humaine, souvent en tant que héro improbable. La tortue d’Ésope a peu à peu rattrapé le lièvre arrogant durant une course légendaire. Dans les égouts de New York des années 1980, les Tortues Ninjas ont émergé pour combattre toutes sortes de méchants de dessins animés.

Mais en dehors des pages de la fiction, l’humanité n’a pas toujours traité avec gentillesse la courageuse tortue. Jordi Caparrós est consterné par le fait que l’océan reçoit involontairement 8 millions de tonnes de déchets plastiques par an. La tortue de Baula (ou tortue luth), une espèce menacée, mange alors les déchets, confondant le plastique brillant avec des méduses comestibles. Il s’ensuit un blocage du système digestif et – souvent – une mort lente et douloureuse. 

Baula, l’entreprise de Caparrós spécialisée dans les produits de nettoyage durables, réduit la contribution de l’industrie mondiale du nettoyage à ce risque environnemental. La technologie brevetée de Caparrós, basée sur des capsules, permet de réduire les emballages en plastique de plus de 90 %, tout en limitant l’empreinte carbone de l’entreprise. 

L’attrait écologique de Baula, associé à l’efficacité des produits, a jeté les bases de la réussite de l’entreprise. « Nos produits répondent aux exigences de durabilité et d’efficacité, c’est pourquoi l’entreprise prend son envol », a déclaré M. Caparrós. Après avoir pris d’assaut le marché commercial, M. Caparrós veut maintenant mettre les produits Baula dans le placard de nettoyage de chaque foyer.

Tout comme la légendaire tortue, les réalisations de Baula ont été durement gagnées, résultat d’efforts constants et de détermination. Il y a plus de dix ans, Caparrós a commencé à expérimenter des détergents écologiques à base de capsules. Son innovation consistait à créer une petite tablette de détergent, exempte de produits chimiques nocifs, que les utilisateurs pouvaient simplement dissoudre dans l’eau. Grâce à ce concentré efficace, il n’était plus nécessaire de continuer à acheter de nouvelles bouteilles en plastique.

Caparrós a reçu le soutien du Parc scientifique de Barcelone, un institut de recherche réputé, avant d’obtenir son premier brevet en 2010. Il a exploré le potentiel commercial de la technologie des capsules, en effectuant des tests auprès de restaurants, d’hôtels et de ménages, avant de créer finalement la société Baula en décembre 2015.

Depuis lors, Baula a fabriqué et vendu sa gamme de dégraissants, de désinfectants, d’agents de blanchiment, de nettoyants pour verre, etc. La stratégie commerciale s’est concentrée sur le secteur du nettoyage commercial, ce qui a débouché sur des contrats lucratifs avec de grandes entreprises mondiales, dont Bunzl (un grand distributeur) et ISS (un puissant fournisseur de services d’installations).

Baula tire un avantage concurrentiel de ses références en matière de respect de l’environnement, car les gouvernements exigent de plus en plus des entreprises de nettoyage des pratiques commerciales plus durables. Selon M. Caparrós, les contrats de Baula couvrent déjà 16 pays et prévoient la possibilité de s’étendre à 15 autres.

Aujourd’hui, Caparrós veut profiter de la réputation de Baula, qui fabrique des produits de nettoyage efficaces et durables, pour pénétrer le marché du nettoyage domestique. Pour commencer, il espère que les travailleurs de ses partenaires commerciaux – tels que les 800 000 employés de l’ISS – utiliseront les produits Baula dans leurs propres maisons. M. Caparrós pense que la haute performance des produits fera le reste.

Bien sûr, il sera loin d’être facile pour Baula de changer les mentalités des consommateurs les plus obstinés, qui préféreront peut-être encore des prix plus bas à des produits de nettoyage durables. Néanmoins, Caparrós reste imperturbable.

Car le nom Baula ne fait pas seulement référence à la tortue luth, dont la vie est menacée par les déchets plastiques. Baula signifie également le « maillon » d’une chaîne qui, pour Caparrós, évoque le personnel dévoué et talentueux de son entreprise. Il s’est montré enthousiaste : « De nombreux baulas, ou maillons, créent une grande chaîne d’équipe ».

Pour en savoir plus sur Baula, consultez leur site web et Facebook.

Photos avec l’aimable autorisation de Baula

David Wood est un journaliste et chercheur basé à Beyrouth. Il a précédemment travaillé au Caire.David Wood
Baula Produits de nettoyage et cosmétiques biologiques
Nous suivre: