07 Sep 2020
Istanbul , Turquie
Aliments et agriculture durables, Efficacité des ressources et gestion durable des déchets

La plupart des jeunes enfants se demandent ce qui y aura pour le dîner. Enfant, Olcay Silahli était un peu différent : il pensait à la nourriture qui n’était pas consommée. Dès son plus jeune âge, Silahli a commencé à rêver à des moyens de prévenir le gaspillage de nourriture autour de la ferme de son grand-père, à Tekirdağ, en Turquie. Silahli et sa co-fondatrice Arda Eren ont fait de cette passion d’enfance une plateforme en ligne florissante, Whole Surplus, qui aide les entreprises turques à utiliser les surplus alimentaires de manière productive.

Whole Surplus détourne les aliments autrement destinés à la décharge vers des entreprises commerciales et sociales. Les détaillants alimentaires peuvent réduire leurs pertes en vendant leurs surplus, soit à des fabricants d’aliments pour animaux et de biocarburants, soit à des clients qui veulent des aliments sains à des prix réduits. Une autre solution consiste à donner des aliments parfaitement comestibles aux personnes dans le besoin, par l’intermédiaire des banques alimentaires et des refuges pour sans-abri. « Nous nous concentrons sur la recherche de solutions numériques aux problèmes mondiaux », a déclaré M. Eren.

Whole Surplus combine l’expertise des co-fondateurs en matière d’entrepreneuriat et de technologie. Le PDG Silahli a travaillé pendant plusieurs années comme directeur de marque pour le conglomérat alimentaire mondial Unilever, où il a également supervisé plusieurs projets de responsabilité en matière de déchets alimentaires.

Pendant son passage chez Unilever, M. Silahli a constaté des lacunes flagrantes dans les chaînes d’approvisionnement alimentaire, ainsi qu’un autre problème grave : « Il n’y avait aucune initiative durable pour lutter contre le gaspillage alimentaire ».

Le directeur technique Eren, qui est diplômé en informatique et en administration des affaires, a aidé son ami proche Silahli à combler cette lacune en ligne. En 2016, le couple a créé Whole Surplus après avoir mené des études de faisabilité approfondies.

Whole Surplus fonctionne sur l’idée que les détaillants alimentaires ne veulent pas gaspiller la nourriture ; ils ne savent tout simplement pas comment l’utiliser de manière optimale. « Les entreprises alimentaires n’ont pas les compétences requises pour gérer efficacement leur surplus », a déclaré M. Silahli.

La plateforme en ligne répond à ce besoin en fournissant aux détaillants des connexions, un système de paiement électronique et d’autres formes de soutien logistique pour les aider à trouver des destinataires pour leurs excédents de nourriture. En s’inscrivant sur le site web, les utilisateurs peuvent accéder à des produits supplémentaires provenant de restaurants, de supermarchés et d’autres détaillants alimentaires.

Cette infrastructure numérique sophistiquée évite à chaque entreprise de devoir créer ses propres liens avec le marché secondaire de l’alimentation. Les membres de Whole Surplus peuvent également profiter de l’analyse des données du site web, qui permet aux entreprises d’identifier exactement où se produisent les déchets alimentaires dans leurs chaînes d’approvisionnement.

Whole Surplus tire sa viabilité financière des ventes commerciales de ses utilisateurs. Là où les restaurants, par exemple, ont pu autrefois amortir leurs surplus alimentaires à perte, ils peuvent maintenant récupérer certains coûts grâce aux ventes pour la consommation humaine, l’alimentation animale ou la production d’énergie.

En retour, cette rentabilité soutient les objectifs de justice sociale de Whole Surplus, qui est fière de coordonner les livraisons de nourriture à de nombreuses banques alimentaires et ONG partenaires. « Notre plate-forme résout les problèmes de tous nos clients », a déclaré M. Silahli. « Les entreprises alimentaires peuvent trouver des institutions qui valorisent leurs surplus alimentaires, tandis que les ONG reçoivent des dons alimentaires réguliers. »

Whole Surplus a attiré un soutien énorme, notamment de la part du PNUD, avec ses réalisations qui attirent l’attention. En quatre ans, l’entreprise affirme avoir économisé plus de 14 000 tonnes de nourriture, évité plus de 48 000 tonnes d’émissions de carbone et fourni des dons de nourriture mensuels à 580 000 personnes marginalisées.

Cette dernière statistique fait la fierté des fondateurs. « Nous recevons chaque jour des centaines de photos d’opérations de dons de nourriture », a déclaré M. Silahli. « Ces photos nous motivent à travailler encore plus dur pour atteindre plus de personnes dans le besoin ».

Pour en savoir plus sur Whole Surplus, consultez le site web, Facebook et Twitter.

Photos avec l’aimable autorisation de Whole Surplus

David Wood est un journaliste et écrivain basé à Beyrouth. Il a précédemment travaillé au Caire. David Wood
Whole Surplus Aliments et agriculture durables et Efficacité des ressources et gestion durable des déchets
Nous suivre: