29 Nov 2017
Tel Aviv, Israël
Logements et Constructions Durables

Près des deux tiers de la population mondiale vivent dans les régions côtières. Les constructions se multiplient inévitablement tout au long des côtes, ce qui détruit les écosystèmes naturels, surtout lorsque les méthodes et les matériaux employés sont conventionnels. Grâce à une suite de solutions scientifiques innovantes, ECOncrete prouve toutefois qu’il n’est pas toujours nécessaire de choisir entre développement et durabilité.

Imaginez un port, une jetée, un sentier pédestre ou toute autre structure artificielle que l’on peut voir près de l’eau. Il est fort probable qu’une partie de cette structure soit en béton. Soixante-dix pour cent des infrastructures côtières sont en béton. Mais le béton traditionnel a un coût élevé, tant sur le plan environnemental que financier.

La composition physique et chimique du béton standard crée un environnement hostile pour de nombreuses espèces locales ; de plus, des espèces envahissantes et nuisibles peuvent s’épanouir dans ces conditions anormales. En conséquence, la biodiversité s’appauvrit à mesure que la détérioration des lieux ainsi que les dépenses liées à l’entretien augmentent.

Shimrit Perkol-Finkel, PDG et scientifique en chef d’ECOncrete, explique : « Un tel stress environnemental peut engendrer une ‘désertification marine’ ». En partenariat avec son cabinet-conseil associé, elle a entrepris d’imaginer une solution à ce problème.

Inspiration personnelle :

La motivation de Shimrit Perkol-Finkel n’est pas purement professionnelle, celle-ci a également des raisons personnelles de vouloir atténuer ce problème.

« J’ai grandi à Tel Aviv », dit-elle. « J’ai vécu à cinq minutes de la plage. J’ai passé beaucoup de temps près de l’eau ». Elle fait une pause, puis ajoute en riant : « J’étais même prête à sécher l’école pour aller à la plage ».

La mer Méditerranée était l’arrière-cour, le terrain de jeu et la salle de classe de Shimrit Perkol-Finkel. Son amour de la vie marine l’a poussée à étudier l’écologie marine avant même d’entrer à l’université. « J’ai fait mon projet final pour le lycée sur les brise-lames de Tel Aviv », se souvient-elle. Shimrit a ensuite poursuivi son exploration sous-marine en faisant de la plongée dans une vingtaine de pays à travers le monde, pour l’éducation et par loisir.  

Lorsqu’elle préparait son doctorat à l’Université de Tel-Aviv, trois choses sont devenues claires pour elle : le problème, les solutions possibles à ce problème et le choix d’un partenaire qui l’aiderait à mettre en place ces solutions.

« J’ai travaillé dans de nombreux ports et marinas », explique-t-elle. « Au fil du temps, j’ai pu voir les changements et la dévastation : [on est passé] de beaux récifs naturels diversifiés à des paysages marins urbains dysfonctionnels et dégradés. J’ai voulu vraiment changer ça ».

Le Dr. Ido Sella, biologiste, était à l’époque Ph.D. Adjoint à l’Université de Tel-Aviv. Lui et Shimrit Perkol-Finkel remarquent qu’ils partagent les mêmes préoccupations en matière d’environnement. En 2010, ils collaborent ensemble et lancent SeArc, un cabinet de conseil en écologie marine. Ils commencent à travailler ensemble pour conseiller les clients du monde entier autour la conception et de la modernisation des infrastructures côtières qui minimisent les impacts négatifs sur l’environnement tout en augmentant la valeur écologique.

Une solution solide et innovante :

Combinant leurs expériences, Ido Sella et Shimrit Perkol-Finkel mènent une recherche pour trouver une solution au problème de la dévastation causée par le développement côtier. Leur enquête a révélé le principal coupable.

« Nous avons identifié le béton comme l’un des matériaux les plus couramment utilisés et les moins efficaces », explique Shimrit Perkol-Finkel. Non seulement la composition du béton est nuisible pour l’environnement, mais la conception – ou plutôt l’absence de conception – est également problématique. Cela incite Shimrit Perkol-Finkel et Ido Sella à s’intéresser à l’amélioration des structures côtières en béton, notamment en matière de matériaux, de conception et de texture.  

En 2012, grâce à des fonds d’amorçage, ils créent ECOncrete – une solution globale qui va bien au-delà de la composition du béton.

« Nous offrons une solution constructive à part entière », dit Shimrit Perkol-Finkel. ECOncrete fournit un certain nombre de services, notamment l’analyse des sites, la conception, la fourniture des produits et le suivi des projets.

Le mélange savant du béton, le design étudié et les textures exclusives que la société propose améliorent la performance biologique des structures bâties sur le littoral et augmentent leur durée de vie – ce qui réduit efficacement les coûts à long terme et atténue l’impact négatif sur l’environnement marin. De plus, le mélange proposé et le design uniques peuvent même stimuler la biodiversité. La vie marine comme le corail et les huîtres forment naturellement des squelettes calcitiques sur le béton, contribuant à la résistance des structures dans un processus appelé ‘protection-bio’.

La preuve en est dans les projets :

D’Israël à Brooklyn et au-delà, ECOncrete transforme des structures maritimes stériles en habitats dynamiques.

« En 2013, nous avons installé des bassins de marée écologiques ECOncrete au niveau du Quai 4 et des Encapsulations de pieux Ecologiques au niveau du Quai 6 du Brooklyn Bridge Park », rapporte Shimrit Perkol-Finkel. « Les bassins de marée retiennent l’eau à marée basse, imitant les piscines naturelles en pierre. Elles assurent la stabilisation des plages et encouragent la croissance de la vie marine ».

Les enveloppes des pieux de jetée sont traditionnellement en fibres et laissées sur place. Elles n’ont aucune valeur environnementale et prennent un volume d’eau supplémentaire. À présent, avec les technologies d’ECOncrete, les habitats naturels sont restaurés. « Nous apportons activement la vie à ces structures », dit Shimrit Perkol-Finkel.

En Israël, ECOncrete a installé des unités blindées écologiques dans le port militaire de Haïfa. Les unités blindées sont utilisées comme protection contre les vagues et sont traditionnellement construites à partir de béton qui endommage le milieu local. Mais le béton savamment conçu et le design proposés par ECOncrete offrent une protection aux larves de poissons et favorisent la croissance des invertébrés locaux. Ceci prouve une fois de plus que le développement et les écosystèmes locaux peuvent coexister lorsque la science est priorisée et appliquée.

Entre-temps, en Floride, les matelas en béton écologiques d’ECOncrete ont déjà été mis au défi par des catastrophes naturelles. Les matelas en béton sont destinés à renforcer le rivage meurtri et à favoriser la croissance de l’habitat marin local ; ceux-ci ont été placés dans les marais de Port Everglades quelques mois avant le passage de l’ouragan Irma. Alors qu’Irma a détruit une grande partie de la côte locale et des structures en béton, « les matelas d’ECOncrete ont survécu à la tempête et ne montrent que des cicatrices mineures », dit Shimrit Perkol-Finkel.

Alors que la population mondiale continue de croître et que nos côtes continuent de souffrir, l’approche innovante d’ECOncrete offre des solutions concrètes à certains des plus grands problèmes liés au littoral.

« L’approche actuelle de l’industrie ne fonctionne pas », fait remarquer Shimrit Perkol-Finkel. « Nous devons tenir compte de l’environnement, utiliser les meilleures technologies disponibles et bâtir des constructions en nous basant sur la science si nous voulons créer des côtes résistantes et respectueuses de l’environnement. ECOncrete sera un leader dans ce domaine ».

En fait, ECOncrete l’est déjà. C’est la seule entreprise à fournir une gamme complète de produits favorisant l’environnement et à proposer une construction efficace de brise-lames durables et d’assurer un suivi.

« Les projets d’ECOncrete sont évalués par des experts indépendants », déclare Sylvain Pioch, chercheur au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive et professeur agrégé d’aménagement du territoire et d’études environnementales à l’Université Paul-Valéry Montpellier. Ceci témoigne de la volonté d’ECOncrete d’améliorer et d’évaluer en permanence ses solutions scientifiques. Et l’initiative ne s’arrêtera pas à ces projets à plus grande échelle du gouvernement et des villes. Le secteur privé est la prochaine cible. « Il y a beaucoup de biens immobiliers en bord de mer », dit Shimrit Perkol-Finkel. « Des maisons privées, des stations haut de gamme de créateurs. Nous voulons également aider à protéger les milieux vierges [qui les abritent] ».

« Le principe de base de tout développement de constructions [en milieu] marin est que l’habitat naturel sera perdu sur le site de construction, et que la biodiversité s’appauvrira », déclare Nadav Shashar, professeur de sciences de la vie à l’Université Ben Gourion du Néguev. « Mais ECOncrete présente une option gagnant-gagnant : la construction peut continuer, et le biote marin naturel peut s’épanouir ».

 

 

 

Site Web : https://www.econcretetech.com/

LinkedIn : https://www.linkedin.com/company/4983873/

Photos : Avec la permission d’ECOncrete.

En plus d'être narratrice pour The Switchers, Sunny est une Lonely Planet Local, une écrivaine indépendante et la fondatrice de FROLIQ.Sunny Fitzgerald
Une initiative israélienne a des solutions en béton pour le littoral meurtri | The Switchers
Traduction : Lilia Bacha
ECOncrete Logements et construction durables
Nous suivre: