11 Juin 2019
Chichaoua, Maroc
Aliments biologiques et agriculture

Tout a commencé au Maroc par une opportunité de volontariat au Club Enactus. A l’époque, Mohammed Bendaanane et ses collègues travaillaient sur des projets sociaux, dont l’un portait sur le quinoa. Ils s’inscrivirent ensuite dans la compétition nationale d’Enactus, et travaillèrent sur l’idée de base du projet. Leur diplôme en poche, ils participèrent à une autre compétition de jeunes entrepreneurs sociaux organisée par Unilever, et finirent par gagner un prix et une bourse.

Mais pour pouvoir toucher l’argent, ils devaient au préalable établir et déclarer une compagnie légalement responsable. « Notre équipe était composée de trois membres, dont l’une faisait des recherches sur la production de quinoa au Maroc, ce qui fait que nous nous complétons les uns les autres au sein de notre nouveau projet, Amendy Food » raconte Bendaanane.

Plus tard, il partit s’installer aux États-Unis pour obtenir son diplôme d’École de Commerce, et apprendre ainsi tout ce qu’il faut savoir sur le commerce et l’entreprenariat. « C’était un moment pivot, on parlait du projet d’un point de vue commercial tandis que mes collègues se concentraient d’avantage sur les aspects techniques » ajoute-t-il.

Manal Mhada, Mohamed Louay Metougue et Bendaanane ont créé Amendy Food en 2015, et travaillent principalement avec des petites entreprises des régions arides du Maroc pour cultiver du quinoa dans les terres agricoles, surtout celles qui ne sont pas adaptées aux autres cultures telles que le blé. Amendy Food achète ensuite le quinoa à ces agriculteurs, et l’utilise dans de nombreux produits.

« Nous travaillons avec des restaurants et d’autres entreprises qui proposent des menus vegans, mais aussi avec des magasins, des marchés locaux et même des sites d’e-commerce » énumère Bendaanane.

Au sein de l’équipe d’Amendy Food, la mère de Mhada est responsable de la recherche depuis que l’entreprise  tente d’introduire le quinoa dans les recettes locales et les produits alimentaires que les Marocains consomment quotidiennement. « Notre clientèle-cible, ce sont les gens qui se soucient de leur santé, mais aussi les gens atteints de la maladie Cœliaque ou qui souffrent d’autres troubles et maladies nutritionnelles » explique Bendaanane.

Il admet que la première année opérationnelle d’Amendy Food n’a pas été rentable financièrement, mais précise qu’ils sont ensuite parvenus à être rentable et auto-suffisants grâce au quinoa l’année suivante. « La partie « business to business » représente 90% de nos revenus, tandis que le reste provient de la partie « business to customer », termine-t-il.

Amendy Foods Aliments biologiques et agriculture
Nous suivre: