25 Nov 2020
Soliman, Tunisie
Efficacité des ressources et gestion durable des déchets

Karim Ourimi a découvert sa passion pour le recyclage de manière inhabituelle. Vers 2005, l’ancien employeur d’Ourimi l’a affecté à une nouvelle unité commerciale, qui se concentrera sur la collecte, le transport et le recyclage des déchets. Ourimi s’est lancé dans son nouveau travail et, après une décennie, il a commencé comme entrepreneur indépendant dans le domaine du recyclage. « Mon rêve est de voir un monde sans décharges », dit-il fièrement.

Ourimi est aujourd’hui le fondateur et le directeur général de Green Solutions Industries, une entreprise tunisienne spécialisée dans le recyclage du plastique et du papier. Créée l’année dernière, l’entreprise s’est déjà développée, atteignant plus de clients et embauchant plus de personnel. Mais l’équipe d’Ourimi, comme d’autres entrepreneurs du recyclage en Tunisie, doit maintenant travailler sans relâche pour impliquer de plus en plus de compatriotes dans sa mission écologique.

D’une certaine manière, le parcours professionnel d’Ourimi a reflété l’évolution de l’approche nationale du recyclage en Tunisie. À la fin des années 1990, la Tunisie a été le premier pays africain à adopter le révolutionnaire ECOLEF, un partenariat public-privé pour la collecte, le tri et la revente des déchets plastiques aux recycleurs.

Cette initiative soutenue par le gouvernement a suscité un énorme intérêt pour la gestion responsable des déchets, avec la création de 226 nouvelles entreprises de recyclage. Pourtant, selon Ourimi, ces jours grisants ont récemment fait place à un manque de direction de l’État, la Tunisie ayant connu des troubles politiques.

D’après les chiffres actuels, la Tunisie dispose d’une grande marge de manœuvre pour améliorer ses performances en matière de recyclage. En 2019, le pays n’a réussi à recycler que 4 % de tous les déchets produits, alors qu’il s’était fixé comme objectif de recycler 70 % de l’ensemble des déchets en 2016. Un rapport du Fonds mondial pour la nature suggère que la Tunisie perd des millions de dollars chaque année à cause de la pollution par les plastiques, qui entrave les secteurs du tourisme et de la pêche (entre autres).

Aujourd’hui, plus que jamais, la Tunisie a besoin d’entrepreneurs du recyclage comme Ourimi pour que les entreprises soucieuses de l’environnement puissent continuer à fonctionner. En 2015, Ourimi a quitté son ancien emploi, déterminé à mettre en place sa propre unité de recyclage. Il était armé de sa passion pour le recyclage, d’un profond savoir-faire industriel et d’un « important carnet d’adresses ».

Il a fallu plus de temps à Ourimi pour attirer le capital de départ nécessaire à la création d’une nouvelle usine de recyclage. Au début, il a lancé une entreprise à prix réduit pour quelques centaines d’euros, et a reçu avec reconnaissance le soutien de ses amis. Ce soutien a permis à Ourimi de créer Green Solutions Industries, qui offre désormais ses services à des entreprises, des commerces et des gouvernements dans toute la Tunisie.

La croissance de Green Solutions Industries peut également être observée à l’intérieur du siège de l’entreprise, où Ourimi a progressivement investi dans des installations et des équipements. « Comme un bébé, nous avons vu l’usine grandir un peu plus chaque jour, jusqu’à ce que nous puissions enfin mettre nos machines en place et commencer à fonctionner », a déclaré Ourimi.

Green Solutions Industries démontre que le chemin qui mène à l’établissement d’une entreprise de recyclage en Tunisie n’est pas facile. Mais, avec un peu de détermination, il n’y a pas de limite.

Pour en savoir plus sur Green Solutions Industries, consultez le site web et Facebook.

Photos avec l’aimable autorisation de Green Solutions Industries

David Wood est un journaliste et chercheur indépendant basé à Beyrouth. Il a précédemment travaillé au Caire.David Wood
Green Solutions Industries Efficacité des ressources et gestion durable des déchets
Nous suivre: