prise de sang et viagra achat viagra en ligne forum viagra prix pas arrow viagra generique pharmacie france viagra en ligne forum générique cialis 5mg commander cialis en ligne pas cher île-de-france c cial moisselles site de confiance pour commander du viagra apres avoir pris du viagras faire l'amour cialis 20mg boite de 8 quel est le prix du générique du viagra achat cialis livraison 24h prix viagra générique 100 mg pilule viagra marqu acheter du viagra simplement achat en ligne viagra cialis cialis levitra spedra prix prix viagra et cialis viagra 100 mg prix maroc
24 Mai 2018
Sidi Bouzid, Tunisie
Aliments et agriculture durables

Une jeune femme a hérité l’amour de la terre de sa famille. Originaire de Sidi Bouzid, Leila Horchani, fonde la Ferme Bio Warda, avec le rêve d’y introduire l’agriculture biologique et d’améliorer la qualité de vie des femmes dans cette région rurale, berceau de la révolution du jasmin. Au regard du potentiel socio-économique de la Ferme Bio Warda en matière d’agriculture durable respectueuse des sols, SwitchMed accompagne Leila dans son projet pour soutenir ses valeurs et bénéficier à sa région.

Tous les matins, avec la même motivation et la même bonne humeur depuis son enfance, Leila retrousse ses manches, avec un regard déterminé, et commence à labourer son petit champ de légumes. Née dans une famille d’agriculteurs, elle avoue qu’elle se considère privilégiée et qu’aucune autre activité au monde ne pourrait la rendre aussi heureuse et accomplie que de travailler sa terre avec ses mains et de prendre soin de ses animaux. Même après avoir obtenu un diplôme universitaire en hygiène et sécurité alimentaire, Leila est rapidement retournée dans son village natal avec une idée en tête : remplacer les produits agricoles du marché par des aliments sains, authentiques et de haute qualité.

Son expérience dans un laboratoire de recherche agricole consolide davantage ses connaissances et son ambition. Après avoir perdu deux membres de sa famille à cause des pesticides et des produits agrochimiques, Leila a officiellement déclaré la guerre aux produits chimiques et lancé son projet. D’un côté, elle cultive des pommes de terre, des olives et élève des animaux (moutons, bovins et volailles) selon le mode biologique. De l’autre côté, elle transforme les produits sur place, pour diversifier ses plantations et promouvoir la culture entrepreneuriale verte et responsable dans sa région.

« Rien que dans mon petit village, 175 femmes travaillent dans des conditions déplorables tous les jours », dit Leila. Il est vrai qu’en dépit des efforts consentis, la situation dans les zones rurales n’a pas beaucoup changé. Les revenus sont encore très faibles, la capacité d’investissement des locaux est quasi inexistante et les conditions dans lesquelles ils développent leurs activités économiques sont loin d’être optimales : problèmes d’accès au crédit, à la terre, à l’eau, aux moyens de communication et de transport, aux nouvelles technologies et aux connaissances. Ces difficultés affaiblissent leur capacité à atteindre les marchés et donc leurs chances de développement économique. C’est à ce niveau là que SwitchMed est intervenu : Leila a été formée pour mettre en œuvre son projet d’entreprise verte, puis elle a été accompagnée dans cette nouvelle étape d’incubation pour l’aider à réaliser son rêve. De plus, l’encadrement et les nombreuses occasions de réseautage qu’offre le programme facilitent la recherche de financement.

« SwitchMed vous donne les moyens de réaliser vos rêves d’écologie. Pour moi, l’agriculture biologique protège le sol, l’air et nos ressources naturelles », ajoute Leila.

C’est la seule alternative qui assure la sécurité alimentaire des consommateurs. De plus, elle permet d’économiser les ressources et d’augmenter la rentabilité de la production. Au début, même la mère de Leila n’a pas trouvé ce projet très prometteur : « Nos voisins agriculteurs ne lésinent pas sur les quantités de produits phytosanitaires [chimiques] pour prévenir les maladies de leurs plantes et garantir une production très moyenne, tandis que vous, vous ne prévoyez pas d’utiliser de produits chimiques ? » avit dit Warda dit à sa fille d’une voix perplexe.

Consciente de la richesse des anciennes variétés et du défi que représente leur entretien, Leila se rappelle encore un passé récent, où il n’y avait pas de produits chimiques et où les gens mangeaient des produits sains et de bonne qualité. Le projet « Ferme bio Warda » vise à réhabiliter les espèces végétales et les races animales qui s’étaient adaptées aux conditions locales mais qui ont été abandonnées depuis.

Un total de 1 170 tonnes de pesticides obsolètes, non dégradables et ultra-toxiques sont disséminés dans la nature tunisienne. Grâce à ce projet, Leila espère réduire cette quantité de 20% au cours des dix prochaines années et créer une centaine d’emplois directs et indirects pour les femmes dans les milieux ruraux au cours des cinq prochaines années.

Cela permettra de réduire les dommages causés par l’agriculture actuelle sur l’environnement et sur le climat tout en créant des emplois dans cette région dévastée par le chômage et l’insécurité. De plus, les femmes qui n’ont ni sources de revenus ni diplômes universitaires sont souvent surexploitées par d’autres employeurs.

À travers ce projet, Leila veut révolutionner l’agriculture tunisienne en soutenant le développement agricole durable pour dynamiser les économies locales et assurer l’autonomie des agriculteurs.

 

 

Cet article a été publié à l’origine sur le site Web de SwitchMed.

Ferme Bio Warda Aliments biologiques & Agriculture
Nous suivre: