30 Oct 2018
Douz, Tunisie
Tourisme Durable

Un bébé dromadaire chancelle dans une tempête de sable brutale qui balaie le sud de la Tunisie. Abandonné au plus profond du Sahara, sa courte vie est vouée à une fin rapide. Heureusement, plusieurs chameliers bédouins émergent du sable tourbillonnant pour le sauver, soutenus par un groupe de touristes étrangers enthousiastes. Juanita Reimer décrit l’incroyable sauvetage du dromadaire comme un moment marquant depuis huit ans que Sahha Sahara existe. Il s’agit d’une compagnie de tourisme durable gérée localement. « Le fait de se trouver à cet endroit est un miracle en soi », dit-elle.

Sahha Sahara a pour but d’améliorer les conditions de vie dans le sud de la Tunisie, et pour bien plus que celle des bébés dromadairex malchanceux. L’entreprise fournit des emplois indispensables aux communautés locales. « [L’entreprise] donne du travail et de l’argent à de vraies personnes du Sud qui sont pauvres et souvent oubliées », déclare Juanita Reimer. Les randonnées à dos de dromadaire et les excursions guidées permettent aux visiteurs de découvrir le désert tunisien dans un cadre respectueux de l’environnement, laissant les dunes enchantées de la région intactes pour les années à venir.

Un écart de richesse alarmant est apparu entre les villes et les zones rurales de Tunisie, avec environ deux tiers de la population du pays vivant dans les zones urbaines. Le tourisme dans le désert offre une voie d’emploi aux groupes bédouins et berbères du Sahara, mais le nombre de visiteurs a fortement chuté après le printemps arabe en 2011 et les attaques terroristes de 2015. La Tunisie a tenté de stimuler son économie en accélérant le développement d’industries lourdes comme l’extraction du phosphate, une mesure qui a suscité des critiques internationales pour avoir causé des dommages à l’environnement.

Sahha Sahara est une solution écologique pour les communautés rurales permettant de relancer leur économie locale en difficulté. Les visites guidées de l’entreprise ne laissent que des déchets biodégradables dans le désert. Juanita insiste également pour payer de bons salaires au personnel local, ce qui réduit l’incitation des guides à réduire les coûts environnementaux. Elle espère que ce modèle influencera l’ensemble du secteur du tourisme dans le désert en Tunisie. « Nous montrons à d’autres agences que le tourisme durable peut fonctionner, tant que vous avez du respect pour les gens avec qui vous travaillez et pour l’environnement ».

Dans le désert :

Si l’on s’intéresse à son passé, on pourrait croire que Juanita est une héroïne improbable des communautés du désert isolées dans le sud de la Tunisie. Après avoir été assistante sociale et professeur de danse du ventre dans sa ville natale de Vancouver, au Canada – une ville de forêt tropicale humide connue pour ses paysages variés, mais certainement pas pour son désert étendu – Juanita s’installe de façon inattendue dans un petit village tunisien en 2007.

La nouvelle vie de Juanita lui a donné peu de raisons de rentrer chez elle. « Je me suis sentie incroyablement chanceuse d’avoir trouvé une culture aussi riche, et je voulais la partager avec le monde entier », dit-elle. Mais Juanita a également été frappée par la pauvreté qui sévit dans la région, ce qui l’a motivée à organiser des activités de collecte de fonds et à générer des dons en ligne.

Juanita a conçu le Sahara Sahha pour réduire la pauvreté dans le sud de la Tunisie de manière plus permanente. Elle a fonde l’entreprise en 2010, en plein milieu de la crise du tourisme qui a suivi la révolution tunisienne et l’incertitude qui l’accompagne. « C’était le pire moment pour lancer une entreprise touristique, mais j’ai pris le risque pour fournir du travail à mes amis ».

Depuis lors, Sahha Sahara a offert une gamme de circuits dans le désert de durée et de difficulté variables. Les visiteurs peuvent faire une courte promenade à dos de dromadaire sur le forfait « Une nuit dans le Sahara », ou ils peuvent se mettre en selle pour l’éreintante randonnée de 15 jours sur la « Nomad Silk Trade Route ». Une autre option est d’aller dans le sud de la Tunisie en voiture, avec la possibilité d’être récupéré aux aéroports voisins de Djerba et Tozeur.

Juanita insiste sur le fait que ses touristes doivent véritablement rencontrer la culture locale, qu’elle considère comme faisant partie intégrante de la mission de durabilité de Sahha Sahara. « Le Sahara sahraoui contribue à préserver et à respecter les cultures berbère et bédouine, en soulignant que la diversité culturelle est une chose positive pour le monde », explique-t-elle.

 

Autonomisation et environnementalisme :

Juanita déplore que toutes les compagnies de voyages n’adoptent pas la même attitude pour responsabiliser les communautés du sud de la Tunisie. « Beaucoup d’agences gagnent beaucoup d’argent alors que la population locale n’en reçoit presque rien », dit-elle. Cela représente un défi majeur pour Sahha Sahara, étant donné que ses concurrents ont des coûts d’exploitation moins élevés et peuvent offrir des forfaits moins chers destinés au tourisme de masse.

Sahha Sahara travaille également dur pour changer les perceptions locales de l’environnementalisme. Juanita fait de gros efforts pour réduire l’empreinte carbone de ses voyages et doit montrer à ses collègues tunisiens que cette éthique écologique est également logique sur le plan commercial. Comme elle le dit, son projet en cours est « d’aider les populations locales à comprendre l’effet à long terme [de leurs actions] sur la planète et sur le tourisme, sachant que leur première priorité est simplement de nourrir leur famille et de gagner leur vie ».

Un autre obstacle menace le tourisme dans tout le Moyen-Orient : l’inquiétude internationale face à l’instabilité de la région. Juanita avoue qu’elle se sent plus en sécurité dans sa maison tunisienne d’adoption qu’au Canada et précise qu’elle n’aurait pas invité sa famille et ses amis à lui rendre visite s’il y avait de sérieux risques pour sa sécurité. Ce message est peut-être en train de faire lentement son chemin, car la Tunisie a enfin commencé à accueillir davantage de touristes après le ralentissement du printemps arabe.

En attendant, Sahha Sahara s’appuie sur les retours des touristes venus dans le sud de la Tunisie et qui ont été tout autant séduits par l’hospitalité chaleureuse que par les paysages pittoresques du désert. « Beaucoup de touristes disent qu’ils étaient venus à nos randonnées [pour découvrir] le Sahara », dit Juanita, « mais qu’ils sont partis avec une merveilleuse rencontre avec les Bédouins chameliers ».

 

Pour en savoir plus sur Sahha Sahara visitez son site Web ou consultez sa page Facebook, TripAdvisor et YouTube.

Photos : Avec la permission de Sahha Sahara

Depuis qu'il a obtenu sa maîtrise en Sciences du Moyen-Orient l'année dernière, il travaille comme journaliste pigiste à Accra au Ghana et au Caire en Égypte.David Wood
Des randonnées durables à dos de dromadaire mènent les touristes vers la compréhension culturelle dans le sud de la Tunisie | The Switchers
Sahha Sahara Tourisme durable
Nous suivre: