30 Août 2018
Bkassine, Liban
Tourisme Durable

À 70 kilomètres de Beyrouth, il y a une belle forêt de pins appelée Bkassine, connue pour être le plus grand espace vert du Liban. On peut se promener dans les bois et y faire du vélo, mais on peut aussi y explorer des villages traditionnels, des sites historiques et de vieux ponts et moulins. Il y a également un centre de villégiature qui a réussi à se fondre dans le paysage naturel ; il s’agit un éco-lodge qui intègre de vieux arbres dans sa conception et enseigne aux gens la valeur de la nature. Cet endroit s’appelle La Maison de la Forêt.

Quand on pose les yeux sur La Maison de la Forêt, on a l’impression qu’elle fait partie de la forêt. Des bungalows en bois avec des toits de tuiles rouges sont éparpillés entre les arbres ; un restaurant en plein air sert des plats traditionnels libanais. Les promeneurs se mêlent à la verdure, sirotant du café sur la terrasse tandis que le soleil brille à travers les arbres, ou en marchant le long des chemins de pierre sinueux. C’est l’endroit pour se détendre et se relâcher.

En quelques années seulement depuis sa création, La Maison de la Forêt est devenue une destination très appréciée, avec beaucoup de clients réguliers.

Comment la Maison de la Forêt a vu le jour :

L’idée de La Maison de la Forêt a été conçue en 2013 dans le cadre d’un partenariat public-privé, dans le but de promouvoir un tourisme durable dans la région de Jezzine au Liban. La station a ouvert ses portes avec seulement quatre bungalows, une petite zone commune et un restaurant. En 2014, une nouvelle direction reprend l’éco-lodge, et aujourd’hui, il y a 25 bungalows, un gîte avec 5 chambres, un centre de conférence disposant de deux salles de réunion et un calendrier rempli d’activités de plein air.

« Notre station a joué un rôle clé dans l’essor de la région grâce à un tourisme responsable bien pensé et planifié », explique Eliana El Asmar, directrice des ventes et du marketing de La Maison de la Forêt. « Notre objectif est d’introduire une nouvelle expérience touristique tout en offrant des opportunités d’emploi aux gens de la région ».

Lorsque les gens viennent à l’éco-lodge, ils ont la possibilité de pratiquer des activités telles que la randonnée pédestre, le vélo de montagne, grimper aux arbres et l’escalade. Un « parc d’aventure » a été prévu dans les arbres, et les gens peuvent y sauter d’une plate-forme à l’autre, d’arbre en arbre. On peut également descendre en rappel le long des chutes d’eau et grimper jusqu’au sommet d’une tour de 14 mètres.

« L’un des produits secondaires de La Maison de la Forêt est de sensibiliser les résidents à la préservation de l’environnement » explique Eliana El Asmar. « Toutes les activités proposées tournent autour de la nature ».

Comment le centre de villégiature intègre la durabilité dans sa conception :

Cet éco-lodge au Liban prend grand soin de préserver et de protéger son environnement. Tous les bungalows sont fabriqués avec du bois importé, donc aucun n’a été pris dans la forêt de Bkassine. Les bâtiments de La Maison de la Forêt ont été construits autour des pins existants de manière à les intégrer à l’architecture et à ne pas endommager les arbres.

« De plus, nous avons un système sanitaire de recyclage, une voiture électrique Polaris rechargeable pour les clients et les bagages ; tous les produits en papier utilisés dans notre station sont recyclés », explique Eliana El Asmar. « Nous utilisons aussi un système de recyclage des déchets avec des sacs poubelles de différentes couleurs pour trier les déchets ».

Le gîte emploie également des gens de la localité dans l’espoir leur permettre de retrouver une vie digne dans leur région, et offre également des possibilités de formation pour les étudiants.

« L’un de nos objectifs les plus importants est de préserver et de valoriser la biodiversité et le patrimoine de la région », déclare Eliana El Asmar.

La Maison de la Forêt met également à l’honneur la cuisine traditionnelle libanaise grâce à son restaurant, Beit El Gabeh, qui sert une variété de produits et de plats locaux. Vous y trouverez des buffets ouverts servis tous les dimanches pour le déjeuner, ainsi que de délicieux mezza libanais et de délicieux desserts faits maison.

L’avis des résidents sur La Maison de la Forêt :

Jusqu’à présent, les visiteurs ont pu profiter d’une escapade paisible dans la forêt de pins de Bkassine au Liban. Sur sa page Facebook, la station ne reçoit que des éloges de ses hôtes.

Un résident écrit : « Lieu étonnant ! Le Bungalow était très propre et bien rangé. Le personnel est super amical et très attentif. La nourriture est bonne aussi. Les enfants se sont beaucoup amusés grâce aux activités, et il y a un très beau sentier de randonnée. Du vert tout autour. Du luxe dans un cadre montagneux libanais. Nous avons tellement aimé que nous avons décidé de prolonger notre séjour d’une nuit supplémentaire. Hautement recommandé ».

Et un autre résident dit ceci : « L’escapade parfaite dans la nature… reviendrons encore et encore, merci à la Maison de la Forêt pour l’expérience étonnante…. Les bungalows sont très propres et pratiques, le service d’un professionnel. La nourriture est délicieuse et abordable. Le service est excellent. La réceptionniste est très gentille et serviable. Venus comme un couple, mais fortement recommandé, même pour les familles avec enfants ».

Jusqu’à présent, des milliers de personnes ont séjourné dans La Maison de la Forêt pour se ressourcer, se détendre et se recentrer sur l’essentiel.

Les espoirs du gîte pour l’avenir :

Les responsables des éco-lodges comme La Maison de la Forêt espèrent qu’un jour, la protection des espaces verts sera le reflet d’un changement de culture, plutôt qu’une simple tendance passagère.

Eliana El Asmar dit que le nombre des gens intéressées par l’environnement et l’écotourisme augmente notable, lentement, avec le temps ; et il y a des mesures que le gouvernement devrait prendre pour protéger davantage les espaces naturels du Liban.

« Le gouvernement devrait mettre en œuvre des lois et des règlements pour protéger l’écotourisme au Liban, notamment en protégeant les ressources naturelles, en encourageant le développement durable local et la production alimentaire, en gérant les ressources naturelles et en préservant les traditions et le patrimoine culturel dans tout le Liban », dit-elle.

Elle pense également que le gouvernement libanais devrait soutenir toute organisation qui sensibilise les Libanais et le monde entier à l’environnement.

« Je crois que l’État devrait contrôler les activités qui nuisent à l’environnement, comme les concasseurs et les carrières qui déforment la nature dans notre pays », dit Eliana El Asmar.

Les éco-lodges sont un grand pas en avant dans la préservation de l’environnement au Liban, où les résidents peuvent vivre en harmonie avec les pins et se couper de la vie urbaine dans les profondeurs de la forêt. Et peut-être qu’un jour, encore plus d’espaces verts seront protégés et appréciés dans les années à venir.

 

Pour en savoir plus sur La Maison de la Forêt visitez son site Web ou consultez sa page Facebook.

Photos : Avec la permission de La Maison de la Forêt.

Kristin Hanes est une journaliste passionnée par l'environnement, la durabilité et la science. Elle adore raconter les histoires des gens qui font une réelle différence dans le mondeKristin Hanes
Le tourisme durable s’invite dans le plus grand espace vert du Liban | The Switchers
Traduction : Lilia Bacha.
La Maison de la Forêt Tourisme durable
Nous suivre: