10 Juin 2020
Marseille, France
Textiles et Vêtements Durables

Malgré un savoir-faire artisanal qui remonte à l’Antiquité, les fabricants de vêtements indépendants du pourtour méditerranéen sont aujourd’hui en compétition avec de puissantes marques mondiales pour survivre. Ce décalage, digne de David et Goliath, a réduit les marchés de la mode traditionnelle dans des pays comme la Tunisie. « Certains artisans tunisiens n’ont pas assez de commandes [pour continuer à fonctionner], ce qui signifie que leur incroyable savoir-faire disparaît », d’après Alexia Tronel, co-fondatrice d’ITINÉRANCE, une association marseillaise pour la mode durable.

ITINÉRANCE équipe les ouvriers du textile spécialisé des “armes” commerciale pour affronter les puissantes entreprises internationales. L’association identifie les communautés d’artisans, aide à concevoir une gamme de vêtements à diffusion limitée et permet d’accéder à de nouveaux marchés. Au cours de ses deux premières années d’existence, ITINÉRANCE a donné des moyens d’action à des ouvrières du textile en Grèce et en Tunisie et, grâce à l’effet boule de neige de cette initiative, d’autres pays devraient suivre.

En 2018, Tronel et Caroline Perdrix ont co-fondé ITINÉRANCE, une opération à but non lucratif, parallèle à l’Atelier Bartavelle, la marque de mode française du duo. Jusqu’à présent, le projet ITINÉRANCE est passé de la Grèce (2018) à la Tunisie (2019), où les dames ont appris et conseillé sur la manière d’améliorer la viabilité commerciale des textiles traditionnels et artisanaux.

« Nous avons identifié les pays où l’artisanat traditionnel est en déclin et remplacé par des textiles industrialisés, qui ont un impact environnemental et social néfaste », a expliqué M. Tronel.

Pour faire face à cette tendance inquiétante, ITINÉRANCE fournit à ses communautés partenaires un soutien B2B (business-to-business) et/ou B2C (business-to-consumer). Les artisans établis peuvent faire connaître leurs marques grâce à ITINÉRANCE, tandis que Tronel et Perdrix peuvent vendre des vêtements à des collectifs textiles non constitués en société dans le cadre d’un arrangement B2C.

Dans tous les cas, ITINÉRANCE met en valeur des métiers et des compétences traditionnels qui, autrement, seraient passés inaperçus et non récompensés. Les tisserands de Guermessa, une ville isolée du sud de la Tunisie, ont organisé avec succès l’exposition ITINÉRANCE à Tunis à l’Institut Français de Tunisie. En Grèce, les yiayias (grands-mères) spirituelles de Tronel et Perdrix ont été diffusées sur une chaîne de télévision nationale, avec un grand retentissement.

Loin du glamour des soirées d’ouverture et des émissions médiatiques, ITINÉRANCE capte la précision et le travail intense qui entrent dans la fabrication de la « mode lente ». Les artisans sont les vedettes des séances photos, des podcasts et des documentaires vidéo d’ITINÉRANCE, qui tous encouragent un profond respect pour les vêtements de haute qualité qu’ils produisent.

Le projet ITINÉRANCE renforce délibérément l’autonomie des femmes des communautés marginalisées en leur offrant non seulement une reconnaissance, mais aussi la perspective de moyens de subsistance durables. Selon M. Tronel, tous les artisans partenaires qui collaborent avec ITINÉRANCE reçoivent des salaires qui sont de 50 à 100 % plus élevés que leurs revenus normaux. Une rémunération équitable permet aux artisanes de gagner en autonomie et de soutenir leurs communautés, tout en travaillant autour de leurs engagements familiaux.

Pour l’avenir, cet objectif économique présente des défis pour ITINÉRANCE. « Nous devons trouver un modèle économique qui rende ces augmentations de salaire plus durables », a déclaré M. Tronel. À cette fin, ITINÉRANCE est devenue cette année une association à but non lucratif officielle et a déjà attiré des partenaires, dont le ministère français de la culture, le musée Benaki et la fondation EY.

Avec la croissance rapide de l’association, il est difficile de ne pas envier Tronel et Perdrix lorsqu’ils discutent de leur aventure ITINÉRANCE jusqu’à présent – de la préparation du couscous au sommet d’une montagne tunisienne avec la foule de Guermessa, à l’observation de leurs partenaires grecs rayonnant des télévisions de tout le pays. Être un outsider courageux, surtout dans le secteur de la mode, n’a jamais semblé aussi amusant.

Pour en savoir plus sur ITINÉRANCE, consultez le site web, Facebook et Instagram.

Photos avec l’aimable autorisation d’ITINÉRANCE

David Wood est un chercheur et journaliste freelance basé à Beyrouth. Il a précédemment travaillé au Caire.David Wood
ITINÉRANCE Textiles et Vêtements Durables
Nous suivre: