14 Nov 2019
Tiemcen, Notice: Undefined variable: country in /usr/home/theswitchers.eu/web/wp-content/themes/theswitchers/single-story.php on line 27
Efficacité des ressources et gestion durable des déchets,

Rare sont les gens qui apprécient d’ouvrir une armoire dans leur cuisine et de découvrir que – hélas – le pain est rassis. L’exception à ce principe, c’est peut être Chafik Boukercha, le fondateur de la startup algérienne Zerdamel. Avec Zerdamel, Boukercha prévoit de transformer les pains jetés en chapelure de haute qualité et en aliments pour animaux. M. Boukercha explique que son entreprise récupérera des ressources précieuses qui seraient autrement envoyées à la décharge ou à l’incinérateur. « De cette façon, Zerdamel contribuera à une économie circulaire « , déclare-t-il.

Zerdamel ne manque pas de buzz, avant même son lancement prévu début 2020. Boukercha a attiré des investissements et obtenu le soutien technique d’organisations locales et internationales, dont SwitchMed. Ces spectateurs n’ont pas pu s’empêcher d’admirer l’engagement de Boukercha pour que Zerdamel ait un impact social en plus de ses objectifs environnementaux. L’entreprise offrira des emplois et des formations aux membres défavorisés de la communauté, les aidant ainsi à acquérir une expérience professionnelle et une expertise environnementale.

Boukercha date les origines de Zerdamel au mois d’octobre 2017, lorsqu’il entend une statistique alarmante lors d’une conférence environnementale à Alger. Une étude a effectivement révélé que les Algériens jetaient l’équivalent de 120 millions de baguettes à chaque Ramadan, le mois saint marqué par les festins nocturnes. « L’idée m’est venue de lancer un projet écologique pour moi-même, » dit Boukercha. Il a décidé d’appeler son initiative de production d’aliments pour animaux « Zerdamel », un hybride des mots arabes algériens zerda (fête) et mel (bétail).

Depuis la création de Zerdamel en juillet 2018, Boukercha a affiné son modèle économique. Il formera le personnel à chaque étape de la production, du tranchage et du broyage des restes de pain au stockage du produit fini dans des sacs biodégradables. De là, Boukercha prévoit de cibler des clientèles distinctes pour les consommateurs humains et animaux de Zerdamel – restaurants, boulangeries et supermarchés recevront des miettes de pain comestibles, tandis que l’alimentation animale sera destinée aux agriculteurs et aux grossistes agricoles.

Heureusement, Boukercha a bénéficié d’un fort soutien en cours de route. L’agence gouvernementale ANDI (l’Agence nationale de développement de l’investissement) a promis des fonds à Zerdamel. Boukercha se souvient aussi avec émotion des formations écologiques qu’il a reçues dans le cadre d’une initiative conjointe du Ministère de l’Environnement et de SwitchMed.

Ces relations continuent d’ajouter du savoir faire au concept simple et puissant de Zerdamel. Un mentor de SwitchMed fournit des conseils continus ; les contacts de Boukercha au gouvernement collaborent à l’élaboration d’une charte nationale sur la prévention du gaspillage du pain. Si Boukercha obtient ce qu’il veut, les Algériens maximiseront bientôt pleinement leurs ressources en pain – jusqu’à la dernière miette.

Photos avec l’aimable autorisation de Sergio Arze on Unsplash et Zerdamel

Depuis qu'il a terminé sa maîtrise il y a deux ans, David travaille comme journaliste indépendant au Caire et à Beyrouth.
David Wood
Zerdamel Efficacité des ressources et gestion durable des déchets
Nous suivre: