05 Oct 2020
Naplouse, Palestine
Textiles et vêtements durables

Un emploi stable au sein du gouvernement est souvent considéré comme un filet de sécurité. Pour les artistes, cependant, la routine n’est pas propice à la création, et produit un résultat souvent terne. Aisha Dweikat s’est donc donné pour mission d’être une avant-garde, en abandonnant un exercice répétitif et en consacrant tout son talent au service de l’environnement et de sa communauté de Naplouse.

Soucieuse de se démarquer tout en utilisant l’héritage palestinien pour ses créations, Dweikat a rejoint plusieurs ateliers d’artisanat. Elle a ensuite été désignée pour concevoir une série de jeux pour le camp de réfugiés de Jénine, au nord de la Cisjordanie. « Ces jeux constituaient un défi car ils étaient plus éducatifs que divertissants », déclare Dweikat.

La présence des femmes palestiniennes sur le marché du travail est connue pour être la plus faible de la région. Dweikat, cependant, n’a pas hésité.

Une question de chance ?

Dans le camp de réfugiés de Jénine, où les habitants n’ont souvent accès qu’à des matériaux de récupération, Dweikat a développé l’idée d’incorporer des chutes de matériels dans ses propres créations. « Il y avait un certain nombre de ressources pour soutenir mon idée, car je passais tous les jours devant des usines textiles », raconte Dweikat.

« Cela m’a incitée à utiliser des matériaux tels que le bois, l’éponge et les tissus pour lancer ma ligne d’accessoires », ajoute-t-elle. L’objectif de Dweikat était de faire revivre et de soutenir l’héritage palestinien.

« Aisha a participé aux ateliers du Design Hub organisés par l’ONUDI dans le cadre de l’initiative Creative Palestine qui fait partie du programme Creative Mediterranean », explique le coordinateur national du programme Creative Palestine de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), Ahmed El Farra. « Les différents ateliers créatifs ont implanté la collaboration entre les ateliers/artisans, les designers, les étudiants et les diplômés universitaires, et ont fourni une formidable opportunité aux participants d’être exposés aux nouvelles tendances, d’apprendre de nouvelles techniques, et d’entrer en contact avec de nombreux professionnels travaillant dans le secteur de l’artisanat ».

La créativité rencontre le minimalisme :

La naissance de Dweikat n’était pas prévue, mais sa participation à un programme de développement de l’artisanat traditionnel par l’ONUDI a détourné sa trajectoire vers les accessoires et les bijoux.

« J’ai bien utilisé de l’argent pour mes accessoires, mais j’ai aussi inclus dans mes créations des chutes de bois d’olivier », a-t-elle déclaré. « Mon design porte sur la rencontre entre l’environnement et le patrimoine et je voudrais qu’il raconte une histoire ».

Soucieuse de souligner l’identité palestinienne dans son travail, Dweikat a recyclé des matériaux pour refléter les traditions.

Croissance et obstacles :

L’initiative a établi une base de clientèle entre la communauté locale, les touristes et les expatriés. Cependant, le coût de la main d’œuvre n’est pas suffisant pour vivre, et les frais d’expédition sont exorbitants pour l’exportation.

« Sans les frais d’expédition, nous serions une entreprise plus importante qu’à l’heure actuelle », déclare M. Dweikat.

Quant à la société, la Palestine est encore peu sensibilisée. « Il peut être difficile de vendre, parfois. Vous avez quelque chose entièrement fait de matériaux recyclés – qui peut être méprisé dans notre société et rendu bon marché », explique Dweikat en référence au manque de culture de la durabilité.

« Le recyclage est un nouveau concept ici, surtout en termes de produits et d’utilisation quotidienne, mais il suit une tendance croissante », explique El Farra. « Aisha Design travaille dans une catégorie qui est considérée comme bien placée pour s’aventurer dans le recyclage, d’autant plus qu’Aisha est une designer et qu’elle est bien connectée à ses collègues designers et aux ateliers de production. “

Autofinancement stratégique :

« En 2015, j’ai remporté le prix du meilleur plan d’entreprise pour un projet de recyclage, décerné par une ONG néerlandaise, SPARK et la Banque de Palestine. De tels prix apportent des sources de financement, bien qu’elles soient insuffisantes pour se développer », fait remarquer Mme Dweikat.

Avant 2015, elle ne comptait que sur l’autofinancement par le biais de son salaire mensuel provenant de son travail au camp de réfugiés, ainsi que sur les bénéfices d’Aisha Design. En 2016, Aisha a obtenu une petite subvention d’ONU Femmes pour maintenir son initiative à flot.

El Farra pense que le principal moteur d’Aisha dans son entreprise est son apprentissage continu et sa créativité, car elle continue à chercher de nouvelles idées, à les développer en de nouveaux designs convaincants.

Pour refléter le sentiment d’El Farra, le travail de Dweikat ressemble à une collection diversifiée de sensibilisation à l’environnement, d’art et de persévérance, qui prospère chaque jour.

Facebook : https://www.facebook.com/AishaDesignPS/

Instagram : https://www.instagram.com/aishadesignps/

Photos : Avec l’aimable autorisation de Aisha Design

Eman est la rédactrice en chef de Switchers et une journaliste de longue date spécialisée dans la finance et les start-ups.Eman El-Sherbiny
Aisha Design Textiles et vêtements durables
Nous suivre: