17 Oct 2019
Rabat, Maroc
Textiles et Vêtements Durables

Le Foundouk Chejra, un hôtel historique dans la légendaire ville de Tanger, donne un côté intemporel à Moroccan fingerprint – une entreprise innovante qui rassemble des produits de mode durable venus de tout le pays. Le foundouk (« hôtel » en arabe) héberge un groupe d’artisans locaux, dont l’inimitable Mohamed – un vieil artisan qui fait de l’artisanat traditionnel en chanvre et en jute. Ces fibres permettent une agriculture durable,  puisqu’elles consomment moins d’eau que les matériaux populaires comme le coton.

Sofia Achargui,  la fondatrice basée à Rabat, travaille également avec des fabricants de chaussures et de sacs en raphia de sa propre ville et d’Essaouira. Elle a une estime particulière pour le Foundouk Chejra, un partenaire idéal pour la mission environnementale et artistique de Morrocan Fingerprint. Achargui veut que son entreprise défende le savoir-faire traditionnel des artisans tout en encourageant la restauration de l’hôtel en ruines. « Nous devons améliorer les conditions de travail des artisans et mettre en valeur ce monument historique « , affirme Achargui.

Elle a commencé à développer le concept de Morrocan Fingerprint en 2018, au cours de la deuxième année de son congé de maternité. Le but était de créer sa propre entreprise, mais pas n’importe quel type d’entreprise – il fallait qu’elle ait un sens. « J’ai décidé de me spécialiser dans des produits marocains originaux, respectueux de l’environnement et utiles « , dit elle.

Morroccan Fingerprint se concentre sur les produits liés au chanvre face au besoin urgent de conserver les réserves d’eau marocaines. Cette année, l’Institut des ressources mondiales a classé le Maroc au 22e rang mondial pour le taux de stress hydrique.

Selon M. Achargui, l’expansion de la production de chanvre, de jute et de raphia assurera un avenir durable à l’agriculture marocaine car ces cultures utilisent relativement peu d’eau. L’approvisionnement en matériaux liés au chanvre réduirait également les importations de tissus en provenance de l’étranger, faisant ainsi baisser  l’impact environnemental du fret international. « Nous gagnerons beaucoup à cultiver ces plantes et à nous approvisionner localement » prédit-elle.

Morrocan Fingerprint vise également à sauvegarder le patrimoine artisanal du pays. Actuellement, la production de chanvre et de jute s’articule autour de Mohamed, qu’Achargui vénère comme un mualim (« maître » en arabe) de son métier de niche. Si Morrocan Fingerprint réussi, elle espère que d’autres artisans apprendront les compétences uniques de Mohamed et les préserveront pour les générations futures.

Achargui a de grandes amitions pour le mualim lui-même. Déjà, Morrocan Fingerprint a donné à Mohamed l’espoir qu’il sera enfin reconnu pour l’ensemble de son métier. « A son âge, c’est tout ce qu’il veut », dit Achargui. Morrocan Fingerprints n’a pas encore scellé sa première vente, et Achargui cherche des moyens d’accéder à un marché international. Mais une mère déterminée est prête à aider à changer l’avenir du Maroc – de façon intrigante, en retournant à son passé.

Pour en savoir plus sur les empreintes digitales marocaines, consultez la brochure ici.

Photos : Moroccan fingerprint et Francesc Morera

Depuis qu'il a terminé sa maîtrise en études du Moyen-Orient il y a deux ans, David travaille comme écrivain indépendant au Caire et à Beyrouth.David Wood
Moroccan fingerprint Textiles et Vêtements Durables
Nous suivre: